Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Tim Cook ne veut ni suprémacistes ni conspirationnistes sur les plateformes Apple

Tim Cook a déclaré que les suprémacistes et les conspirationnistes étaient persona non grata sur les plateformes Apple.

Ne parlez pas des néo-nazis à Tim Cook. Alors qu'il a reçu le premier prix Courage Against Hate décerné par l'Anti-Defamation League (organisation qui lutte contre l'antisémitisme), le CEO d'Apple a tenu un discours anti-haine dans des propos rapportés par The Verge le 3 décembre 2018.

L'intéressé a simplement rappelé que les suprémacistes et les conspirationnistes n'avaient pas droit de cité sur les plateformes d'Apple, que ce soit des morceaux de musique sur iTunes, des livres ou tout autre forme d'expression susceptible de véhiculer des idées négatives. En septembre dernier, Apple avait par exemple banni l'application Infowars de l'App Store.

« Vous n’êtes pas les bienvenus chez nous »

« Chez Apple, nous croyons que la technologie doit avoir un point de vue clair. Ce n’est pas le moment de s’emprisonner. Nous avons un seul message pour celles et ceux qui incitent à la haine, à la division et/ou à la violence : vous n’êtes pas les bienvenus chez nous », clame haut et fort Tim Cook. Il poursuit : « Depuis les premiers jours d’iTunes jusqu’à Apple Music aujourd’hui, nous avons toujours interdit les morceaux de musique liés aux suprémacistes blancs. Pourquoi ? Car c’est la bonne chose à faire. Et comme nous l’avons prouvé par le passé, nous n’offrons pas un terrain d’expression aux conspirationnistes violents. Pourquoi ? Car c’est la bonne chose à faire ». 

En bref, Tim Cook milite pour un monde toujours plus inclusif et ne voit pas Apple comme une simple entreprise qui vend des produits dernier cri et fournit des services de divertissement. Philosophe à ses heures perdues, il conclut, « Je me soucie moins des ordinateurs qui pensent comme des humains que des humains qui pensent comme des ordinateurs. Il doit être question de potentiel humain avec la technologie. Il doit être question d’optimisme ».