Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Quelques heures avant les « midterms », Facebook bloque une centaine de comptes pour ingérence

A la veille des élections américaines de mi-mandat, Facebook a annoncé avoir bloqué une centaine de comptes, soupçonnés d'ingérence.

À quelques heures du lancement des élections de mi-mandat américaines qui ont débuté ce 6 novembre, Facebook a annoncé avoir supprimé 115 comptes. Leurs propriétaires sont soupçonnés d'ingérence.

Des « des acteurs malveillants » sur Facebook et Instagram

Dans un bref communiqué publié le 5 novembre, Facebook a expliqué qu'il s'agissait de 30 comptes Facebook, et 85 comptes Instagram – réseau social que l'entreprise a racheté en 2012. Ils ont été créé par « des acteurs malveillants. »

Le réseau social explique que dimanche 4 novembre, des législateurs américains l'ont contacté à propos d'activités en ligne suspectes. Des comptes liés à des entités étrangères agiraient depuis Facebook.

Les actions que ces comptes menaient ne sont pas spécifiées. On sait seulement que les pages Facebook crées par les propriétaires de ces comptes – et depuis bloquées – étaient en français et en russe. Les comptes Instagram repérés eux, contenaient des publications en anglais, dont la plupart parlaient de célébrités ou de débats politiques.

Facebook poursuit sa lutte contre les « infox »

La firme de Mark Zuckerberg dit vouloir enquêter, avant de détailler les contenus des comptes supprimés publiquement. « Sachant que nous ne sommes qu'à un jour des élections les plus importantes aux États-Unis, nous voulions que les gens connaissent les actions que nous menons et les faits dont nous avons connaissance aujourd'hui  », est-il écrit dans le communiqué.

Le 26 octobre, Facebook avait déjà retiré de sa plateforme 82 pages, groupes ou comptes liés à l'Iran, qui avaient été identifiés comme malveillants par des experts.

Lors des précédentes élections présidentielles américaines, Facebook avait été accusée de laisser les fausses informations se propager sur sa plateforme. Même si l'impact de ces « infox » est difficile à quantifier, le réseau social a assuré à plusieurs reprises ces derniers mois qu'elle ferait des efforts pour les combattre.