Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Lime suspend son service de trottinettes électriques à Bordeaux : « Ils font un coup de com’ »

Le service de partage de trottinettes électriques Lime a annoncé la suspension temporaire de son activité à Bordeaux. Mais ce n'est pas la première fois que l'entreprise fait ça.

Lime a suspendu son activité de trottinettes électriques en libre-service à Bordeaux ce 31 octobre 2018, a annoncé l'entreprise américaine dans un communiqué, repris par Sud Ouest. Il ne s'agit toutefois pas d'une suppression définitive.

« En parfait accord avec la demande formulée par le maire de Bordeaux, Lime France a décidé de suspendre son service de trottinettes électriques en libre-service dans la métropole de Bordeaux », explique la société, qui se dit « Soucieu[se] de donner un cadre pérenne à son activité. »

Contactée par Numerama, la mairie de Bordeaux dément toutefois formellement avoir contraint Lime à quitter la ville, comme semblent l'affirmer plusieurs médias. « Ils font un coup de comm' en disant qu'ils arrêtent, mais le maire ne leur a rien demandé de la sorte », nous explique-t-on au téléphone.

Réguler les vélos et trottinettes en libre-service

Ce n'est pas la première fois que Lime désactive son application : quelques jours après son arrivée à Bordeaux, la startup avait retiré ses trottinettes de la circulation... Pour mieux les remettre ensuite. « C'est leur manière de faire : ils mettent 100 trottinettes dans les rues du jour au lendemain avant de discuter », s'agace-t-on à la mairie. La ville de Bordeaux assure que des discussions avaient déjà débuté depuis peu avec la société de location de trottinettes, mais que celle-ci n'avait pas été enjointe d'arrêter son service en attendant de trouver un accord.

La ville d'Alain Juppé souhaite en fait mettre en place une politique commune pour toutes les plateformes de « free floating », ces véhicules en libre-service que les usagers peuvent laisser n'importe où — la société Indigo Weel a par exemple déposé des bicyclettes violettes dans les rues de la ville. C'est d'ailleurs le principal problème soulevé par la mairie : « Les gens déposent les trottinettes et les vélos en plein milieu des trottoirs », précise-t-on.

Le service, lancé à Paris en juin dernier, s'est ensuite déployé à Bordeaux fin septembre 2018. Puis le 20 octobre, les trottinettes vertes ont fait leur apparition à Toulouse le temps d'un week-end avant d'être retirées à la hâte après une mise en garde de la mairie. La ville prévoit en effet des règles très strictes qui encadrent le free floating, comme l'a souligné la Dépêche.

LimeBike, qui a récemment changé d'agence de communication en France, n'est pas encore revenu vers nous avec plus de précisions.