Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Trottinette électrique Xiaomi à 131 euros : attention à cette nouvelle arnaque qui se diffuse sur Facebook

Vous avez vu passer des publicités pour une trottinette électrique Xiaomi pour moins de 150 euros ? Ne tombez pas dans le piège, il s'agit d'une arnaque.

Une trottinette électrique Xiaomi neuve pour moins de 150 euros ? C'est ce que vantait cette publicité Facebook sur laquelle Martin* a cliqué, lundi 22 octobre, pensant être tombé sur une bonne affaire. En lien, un site internet intitulé GetMiSctr (« Get Mi Scooter ») au look épuré permet de commander la M365, le modèle très populaire de trottinette électrique de la marque chinoise, pour seulement 131 euros au lieu de 399 euros sur le site officiel.

Mais il s'agit en fait d'un site malveillant.

Ce site non-officiel demande toutes les coordonnées de l'internaute (nom, prénom, mail, adresse postale) ainsi que son numéro de carte bancaire. Mais une fois que le client passe à la caisse et valide sa commande... Il ne se passe plus rien.

Sur le site Trustpilot, qui recense des avis sur des sites et entreprises en ligne, plusieurs internautes disent s'être fait arnaquer en l'espace d'une semaine. « Je suis passé par une publicité sur Instagram, mais dès que j'ai remarqué que je n'avais pas reçu de confirmation de commande, j'ai suspecté une arnaque », écrit un internaute.

Le site GetMiSctr affirme « coopérer directement avec Xiaomi pour se situer à la source principale ». Contacté par Numerama, Xiaomi dément formellement, et confirme qu'il ne s'agit pas de revendeurs officiels. Le fabricant chinois de smartphones, gadgets en tous genres et de trottinettes électriques encourage ses clients à ne passer que par le site agréé, Mi.com, ainsi que les boutiques physiques de la marque. Les modèles vendus sur les e-commerçants chinois sérieux et que nous recommandons parfois sont également des vrais.

Des faux sites qui profitent de la mode des trottinettes

En cherchant l'historique du nom de domaine du site malveillant en question, nous avons découvert qu'il avait été créé très récemment, le 04 octobre 2018, et déclaré au Canada. De nombreux sites malveillants comme celui-ci sont lancés à la chaîne (comme mi-scooter.net, désactivé quelques jours après avoir été déposé le 14 octobre, mais qui a lui aussi été critiqué sur TrustPilot). Ils ne durent pas longtemps et changent d'adresse dès qu'ils sont démasqués, pour réapparaitre sous d'autres noms.

Ici, le site ne semble pas être une affaire de phishing (un faux formulaire récupère vos coordonnées bancaires), mais bien d'une arnaque qui vise à vous débiter du montant versé, sans jamais vous envoyer votre produit. Et le site est bien équipé : il utilise la plateforme reconnue Shopify qui aide les internautes à créer des boutiques en ligne. Nous avons constaté qu'il était possible de payer par carte bancaire mais aussi par Apple Pay.

Ces pratiques malveillantes existent depuis toujours sur internet, mais elles profitent régulièrement des « modes » de consommation pour tromper l'internaute. Actuellement, le marché des trottinettes électriques est en plein essor, et une promotion alléchante peut facilement tromper le consommateur curieux.

Nous n'avons pas pu mettre la main sur la publicité postée sur Facebook et vue par Martin, mais le Français explique qu'elle est apparue sur son fil d'actualité sans qu'il n'ait à la chercher.

Comment reconnaître les sites malveillants ?

Pour se prémunir de ce genre d'arnaques, nous vous conseillons de vérifier plusieurs informations avant de commander sur un site, surtout s'il n'est pas officiel :

S'il vous arrive de remplir vos coordonnées bancaires en ligne et de vous rendre compte à posteriori qu'il ne s'est rien passé et qu'il s'agissait d'un faux site, nous vous conseillons de vérifier attentivement l'état de votre compte, et de faire opposition via votre banque en cas de doute.