Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

À Londres, une statue de lion récite des poèmes générés par une IA

Sur la célèbre place de Trafalgar Square, à Londres, un lion « récite » des poèmes… Qu’une intelligence artificielle invente pour lui.

Depuis quelques jours, les quatre lions en bronze qui occupent la place de Traflagar Square située au cœur de Londres ont un nouvel acolyte. Recouvert d’une peinture orange fluo, ce cinquième félin a été installé le 15 septembre à l’occasion de la London Design Week. Il a pour particularité - outre sa couleur - de diffuser des poèmes, créés grâce à une intelligence artificielle.

Le lion est né d’une collaboration entre la designeuse Es Devlin (connue pour avoir travaillé sur les décors des concerts de U2, Kayne West ou Beyoncé) et le « technologue créatif » Ross Goodwin.

Il se nourrit littéralement de l’imagination des passants. Sur une tablette numérique, ces derniers peuvent écrire des mots. Une intelligence artificielle crée ensuite un poème, à partir de ces termes et d’un corpus de poèmes datant du 19ème siècle comprenant au total 25 millions de mots.

Un lion qui se nourrit des mots des passants et internautes

Les poèmes ne sont pas de simples suites de phrases. Selon The Verge, l’IA a été entraînée pour déterminer quelles lettres doivent se suivre pour créer une certaine musicalité. Ils ne seraient en revanche pas toujours « exactement cohérents ».

Le jour, ces poèmes s’affichent dans la gueule du lion, sur un écran. La nuit, ils sont projetés sur son corps et sur la colonne Nelson, située au milieu des lions. Et la bonne nouvelle, c’est que l’on peut aussi envoyer des mots depuis son ordinateur, grâce à l’espace « Submit » sur ce site.

L’oeuvre, appelée « Please feed the lion » (s’il-vous-plaît nourrissez le lion en français), restera à Londres jusqu’au 23 septembre.