Après un accident mortel en mars 2018, Uber a décidé de mettre un terme au contrat de 100 employés chargés d'opérer ses véhicules autonomes.

Uber a annoncé ce 11 juillet 2018 à ses employés que la centaine « d’opérateurs-conducteurs » qui travaillent sur ses voitures autonomes à Pittsburgh allait être renvoyée, a rapporté le média américain Quartz. Ces salariés sont censés être remplacés par moitié moins de « spécialistes de mission » qui devront pouvoir donner « plus de retours » aux développeurs qui travaillent sur les véhicules.

Les 100 salariés seront renvoyés et pourront « postuler à d’autres jobs au sein d’Uber », précise Quartz, mais rien ne leur garantit d’obtenir un nouveau poste.

Une voiture autonome d’Uber. Wikimedia Commons/CC/Dllu

Plus qu’une personne obligatoire dans le véhicule

Uber a suspendu ses tests de voitures autonomes en mars 2018 après une collision mortelle en Arizona qui a coûté la vie à une cycliste qui traversait la route à pied. La conductrice, une employée d’Uber en charge des opérations de surveillance, aurait été distraite car elle regardait une émission sur son smartphone pendant que la voiture conduisait.

En novembre dernier, Uber avait réduit le nombre de conducteurs obligatoires pour utiliser une voiture autonome, passant de deux contrôleurs à seulement un.

Bill Peduto, le maire de Pittsburgh, était l’un des premiers soutiens de l’entreprise, mais a changé de position à partir du moment où Uber avait annoncé reprendre ses tests à l’été 2018, alors qu’il n’en avait pas été informé.

Partager sur les réseaux sociaux