Accueillir la plus grande compétition de robots footballeurs au monde ? C'est ce que souhaite Bordeaux, qui a déposé une candidature pour l'édition 2020. Une société basée dans la ville a déjà brillé à quelques reprises lors de précédents tournois.

2020 sera-t-elle l’année où la France accueillera la RoboCup ? La mairie de Bordeaux est en tout cas bien décidée à tenter sa chance. En effet, indique Sud Ouest, la ville vient de déposer officiellement un dossier de candidature pour organiser cette coupe du monde de football entre robots, qui se déroulera, si la capitale mondiale du vin est choisie, dans les premiers jours de l’été, du 23 au 29 juin.

La RoboCup est une compétition internationale de robots autour du football qui se déroule chaque année depuis 1996. Le but de l’évènement est de montrer au public, d’une façon divertissante, les progrès technologiques accomplis en robotique. Aujourd’hui, les matchs impliquent exclusivement des robots mais l’objectif à long terme est de pouvoir battre d’ici 2050 une équipe humaine.

RoboCup robot balle
Gooooaaaal !
RoboCup2013

En dehors des deux premières éditions, qui ont eu lieu au Japon, la compétition n’est jamais organisée deux fois de suite par le même pays. La France a déjà accueilli une fois la RoboCup en 1998, à Paris, et cette année, c’est la ville de Montréal, au Canada, qui sera le point de chute du tournoi. Pour l’édition 2018, 5 000 robots venant de 35 pays et gérés par 4 000 humains sont attendus.

Le championnat est partagé en cinq ligues, une uniquement dédiée à la simulation logicielle, les autres dépendant de la taille du robot.

Le fait que Bordeaux se positionne pour organiser la RoboCup en 2020 n’est pas tout à fait une surprise.

La ville héberge en effet une société qui s’est déjà distinguée dans la compétition : il s’agit de la société Rhoban, dont l’équipe a fini en quarts de finale en 2014 puis est devenue championne du monde à deux reprises, en 2016 et 2017, dans la catégorie des « humanoïdes enfants », qui fait s’opposer des robots à forme humaine de petite taille. De fait, elle offre une certaine visibilité à la municipalité.

Cela n’a pas échappé à la mairie.

La ville évoquait déjà l’an dernier sa candidature à l’organisation de la coupe du monde de football pour robots. Et à l’issue de la victoire de 2017, Rhoban indiquait qu’une pré-candidature a été présentée, avec l’appui de la région Nouvelle-Aquitaine, de Bordeaux Métropole, de l’université de Bordeaux et du Consulat de France au Japon (l’édition 2017 se déroulait à Nagoya).

robot RoboCup balle
On n’en est pas encore au contrôle orienté.
CC RoboCup2013

« Sous son caractère ludique, l’épreuve de football porte deux problématiques de recherche fondamentale pour la robotique : la locomotion et plus généralement la motricité, et l’autonomie (intelligence artificielle) », indiquait Rhoban en 2016 pour expliquer sa participation à ce type de compétition.

«  Le joueur robot est totalement autonome sur le terrain. Il doit se géolocaliser sur la base de ses capteurs (centrale inertielle, caméra), jouer en équipe et marquer des buts. Par ailleurs, se déplacer et frapper le ballon constituent également un challenge très important », ajoutait l’équipe française.

En dehors de la RoboCup, la société travaille sur une orthèse destinée aux personnes présentant des déficiences musculaire dans la jambe.

La réponse du comité internationale de la RoboCup sera connue le 22 juin 2018.

Partager sur les réseaux sociaux