Depuis plusieurs mois, Waymo procède à des tests sur des camions équipés de sa technologie de conduite autonome. Un tout autre challenge que la voiture.

Dans la conduite autonome, Waymo avance vite et bien. Peu importe les disputes dans lesquelles la filiale de Google est impliquée. Et elle a suffisamment confiance en ses technologies pour passer au niveau supérieur. Car, en plus des voitures, elle entend mettre sur les routes des camions caressant l’espoir d’être pilotés sans aucun chauffeur. Une information confirmée par voie officielle à la faveur d’une publication révélant que des tests sont en cours depuis l’année dernière en Californie et en Arizona et qu’un déploiement s’effectuera bientôt dans la ville d’Atlanta. Waymo estime ainsi que son intelligence artificielle peut s’adapter aux exigences des poids lourds en matière de manœuvres plus complexes et risquées.

Un autre défi

Pour faire rouler des camions autonomes, Waymo fait appel au même dispositif hardware installé sur son minivan (des LiDAR, des caméras multiples pour une vision à 360 degrés et des radars en tout genre). La partie software est quant à elle assurée par la même intelligence artificielle que celle des autres véhicules. Ce qui permet de bénéficier de son expérience au regard des milliers de kilomètres — réels ou virtuels — déjà avalés.

«  Notre  quasi-décennie de tests avec des voitures nous offre de l’avance pour les camions  », révèle Waymo, ajoutant, «  notre intelligence artificielle apprend à conduire des poids lourds de la même manière qu’un humain le ferait après des années à conduire une voiture. Les principes sont les mêmes, mais des choses comme les freinages, les virages et les angles morts sont différents avec un camion équipé d’une remorque chargée  ».

Pour le moment, ces tests sont réalisés avec un pilote expérimenté dans la cabine. Il est chargé de surveiller que tout fonctionne correctement et peut prendre le contrôle des opérations en cas de besoin. Preuve que Waymo prend les choses très au sérieux. Au point d’affirmer, «  Le transport routier est vital pour l’économie américaine, et nous croyons que la technologie de conduite autonome peut le rendre plus sécurisé et puissant  ».

Partager sur les réseaux sociaux