Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Guerre des messageries instantanées : BlackBerry attaque Facebook en justice

BlackBerry a lancé une action en justice contre Facebook et deux de ses filiales, WhatsApp et Instagram, au motif que le réseau social et ses services violent ses brevets dans le domaine de la messagerie instantanée.

Du temps où les téléphones n'étaient pas encore tout à fait intelligents, les échanges par écrit se déroulaient par SMS. Puis les smartphones sont arrivés et avec eux une ribambelle d'applications de messagerie instantanée. Sur les terminaux BlackBerry, c'est BBM qui avait la cote. Seulement voilà, la place occupée par BlackBerry a été pour ainsi dire réduite à néant par le duopole Android-iOS.

Aujourd'hui, BlackBerry Messenger (BBM) n'est plus dans le vent, les mobinautes lui préférant des solutions comme Facebook Messenger et WhatsApp, des applications qui offrent un éventail d'options et de fonctionnalités pour converser avec ses proches. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir développé BBM sur les systèmes d'exploitation qui comptent, à savoir Android et iOS.

Plainte pour violation de brevets

Devant l'impossibilité de revenir dans la course, malgré des applications mobiles qui sont pourtant mises à jour régulièrement (début mars, une nouvelle version de BBM a été mise à disposition sur l'App Store et Google Play), il semble que l'entreprise ait décidé d'adopter une tactique un peu différente : utiliser ses brevets pour s'attaquer à des entreprises qui, à ses yeux, enfreignent sa propriété industrielle.

C'est Facebook qui est la cible de l'action judiciaire de BlackBerry. Le réseau social est accusé « d'utiliser un certain nombre de fonctionnalités innovantes en matière de sécurité, d'interface utilisateur et d'option qui ont contribué au succès commercial et critique des produits BlackBerry », écrit la société canadienne, dont la procédure est relayée par The Verge.

D'après BlackBerry, ses titres de propriété industrielles concernent des techniques de chiffrement pour garantir la confidentialité des échanges, la possibilité d'accéder à une ludothèque au sein de l'application de messagerie instantanée et des éléments d'interface à la description plus ou moins large, portant sur l'affichage de l'horodatage, la possibilité de marquer des proches sur des photos ou les notifications.

La plainte a été déposée devant un tribunal californien.