Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Intel muscle sa production de processeurs avec une finesse de gravure de 10 nm

Intel se prépare à basculer dans l'univers des processeurs gravés avec une finesse de 10 nm. Si l'entreprise américaine maîtrise cette technologie depuis quelques temps, la production de masse doit réellement débuter en 2018. Et pour cela, le groupe entend muscler ses capacités industrielles.

Si les processeurs reposant sur une finesse de gravure de 14 nanomètres sont très répandus de nos jours, la transition vers l'étape d'après est déjà en train de s'opérer. En effet, le procédé de fabrication des semi-conducteurs est désormais bien maîtrisé pour proposer des composants plus fins encore.

Ainsi, des smartphones comme le Galaxy S8+, le Galaxy Note 8 et l'Essential Phone font appel à une finesse de gravure de 10 nanomètres (nm), grâce à des puces comme les Snapdragon 835 et 845. Mais on retrouve aussi cette technologie dans des processeurs destinés aux ordinateurs.

Cannonlake introduit le 10 nm

Intel, naturellement, s'est positionné pour être en mesure de fournir des composants de ce type. La famille de processeurs Cannonlake, bâtie sur l'architecture Skylake et lancée en 2015, est d'ailleurs la première à atteindre le seuil des 10 nm, les autres (Skylake, Kaby Lake et Coffee Lake) se situant à 14 nm.

C'est en 2018 que le géant américain va commencer à déverser ses produits gravés en 10 nm. Et pour être capable d'alimenter le marché sur plusieurs années, le groupe entend muscler ses capacités de production. Reuters signale que la société va investir près de 5 milliards de dollars pour adapter l'une de ses usines.

Mise à niveau d'une usine

L'investissement que compte faire le groupe n'est pas tout à fait nouveau. Il était déjà évoqué en 2014 (il était alors question d'un investissement de 6 milliards de dollars). C'est une unité de production basée  en Israël, dont la capacité de gravure est limitée à 22 nm, qui va être convertie aux dernières techniques du fondeur américain.

Selon l'agence de presse, il faudra plusieurs années pour que l'usine soit mise aux normes. La fin du chantier est en effet évoquée pour 2020. Or, Intel prévoit de passer la seconde sur Cannonlake (et sur les familles suivantes, qui seront aussi, pour les premières d'entre elles, en 10 nm) dès le second semestre 2018.

L'avenir avec Ice Lake, Tiger Lake...

Cet apparent conflit de calendrier n'est pas vraiment gênant pour Intel, car la société a d'autres usines à faire tourner et la carrière de Cannonlake comme celle des processeurs à venir qui seront aussi gravés sur 10 nanomètres (Ice Lake, Tiger Lake et peut-être Sapphire Rapids), va durer plusieurs années.

À partir de la micro-architecture Sapphire Rapids, Intel devrait commencer à descendre au seuil des processeurs gravés sur 7 nm. Technologiquement parlant, les entreprises savent même proposer des composants dont la finesse descend à 5 nm -- IBM a annoncé début juin 2017 qu'il en était capable. Ces étapes arriveront dans le commerce entre 2019 et 2020 pour la première et vers 2021 pour la seconde.

Au-delà, il y aura un mur technologique à franchir.

https://www.numerama.com/tech/143461-la-technologie-des-processeurs-intel-pourrait-radicalement-changer.html