Autant qu'un défi technique, les failles Meltdown et Spectre sont un défi de communication pour les constructeurs impliqués. Intel, premier dans le viseur, n'a pas convaincu.

Peut-être pour éviter une chute trop importante de son cours en bourse, Intel a publié dans la soirée du 3 janvier 2018 un communiqué de presse pour parler des problèmes graves touchant ses processeurs. Ce communiqué a été très mal pris dans la communauté des développeurs et sur les sites spécialisés — les anglophones liront avec délectation cette « traduction » de la langue de bois proposée par The Register.

En effet, le constructeur de processeurs propose une communication de crise qui joue avec les termes et tourne autour du sujet plus qu’autre chose. L’Américain s’entête à dire que les processeurs fonctionnent « comme ils ont été conçus », que d’autres constructeurs ont aussi le souci et que les fichiers et données ne peuvent pas être « altérés » (le problème n’est pas une modification… mais un vol). Le tout, sans oublier de se jeter des fleurs en conclusion.

Torvalds, peu content

Linus Torvalds, connu entre autres pour avoir créé le noyau Linux et qui a participé aux travaux sur les récents correctifs, n’est pas très content non plus de ces justifications. Il explique : « Pourquoi toutes ces choses qui se passent dans le processeur ne peuvent pas être configurées ? […] Je pense que quelqu’un chez Intel devrait regarder très longuement leurs CPU et admettre qu’ils ont des problèmes au lieu d’écrire des communiqués en langue de bois qui affirment que tout fonctionne comme prévu.   ». Avant de poursuivre sur la stratégie à venir : « Est-ce que Intel est en train de nous dire qu’ils s’engagent à nous vendre de la merde pour toujours et qu’ils ne répareront jamais rien ?  »

Malgré la violence des propos, ils touchent juste. L’avocat du diable dirait qu’Intel se retrouve pourtant dans une position délicate, après avoir été exposé médiatiquement la veille des premières publications sur les deux failles — alors qu’il n’est effectivement pas le seul constructeur à être concerné. Reste à voir comment cette communication et les actions associées seront modifiées dans les semaines qui viennent — surtout au moment où les particuliers pourront constater s’il y a effectivement une baisse de performance sur leur matériel.

Retrouvez notre FAQ sur Spectre et Meltdown à cette adresse.

Partager sur les réseaux sociaux