Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Appels, SMS, 3G, 4G : la couverture mobile est-elle correcte chez vous ? Jugez-en avec cette carte

Le régulateur des télécoms fournit des cartes de couverture mobile pour la France métropolitaine. Initialement limitées aux appels et aux SMS, elles incluent depuis le début de l'année la 3G et la 4G. Pour l'outre-mer, une mise à jour aura lieu cet été.

Vous souhaitez connaître la couverture mobile près de chez vous, à votre travail ou à un endroit en particulier ? Le mieux à faire, c'est de vous rendre sur site Mon Réseau Mobile : il s'agit d'un espace géré par l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes qui propose des cartes enrichies de la métropole pour connaître la situation là où ça vous importe.

Concrètement, le projet consiste à représenter la couverture du territoire non pas avec deux niveaux de lecture (c'est couvert ou ça ne l'est pas) mais quatre : absence de couverture, couverture limitée (seuls les appels et les SMS passent), bonne couverture (il est possible de faire un peu d’Internet mobile) et couverture excellente (aucun souci à l’horizon).

Prise en compte de la 3G et de la 4G

Lorsque la nouvelle génération des cartes a été mise à disposition du public, au cours de la rentrée 2017, seuls les appels et les SMS pour la France métropolitaine étaient pris en compte. Le régulateur des télécoms avait toutefois déclaré en septembre qu'une mise à jour était prévue début 2018 pour y inclure des informations de couverture sur la 3G et la 4G.

Promesse tenue, fin février. Sur Twitter, la mise à jour des cartes a été annoncée par l'Arcep. Il est désormais possible de comparer les opérateurs entre eux, qu'il s'agisse d'Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile, que ce soit sur les appels, les SMS, le haut et le très haut débit mobile. Mais attention : il convient de tenir compte de certains éléments avant d'évaluer les opérateurs.

Information sommaire pour l'Internet mobile

Si le gendarme des télécoms indique que la simulation des cartes de couverture a été faite le 1er janvier 2018, certaines informations sur lesquelles le régulateur s'est basée sont relativement anciennes. Ainsi, il est indiqué que pour les données Internet mobile de Free, c'est-à-dire pour la 3G et la 4G, les données ont quelques mois d'ancienneté : elles datent du 1er juillet 2017. Ça manque de fraîcheur.

Par ailleurs, l'Arcep n'est pas encore en mesure de présenter des cartes à quatre niveaux de lecture pour le service Internet mobile. « La présentation en 4 niveaux, comme pour le service Voix/SMS, fera l’objet de travaux complémentaires », explique le régulateur. Pour le moment, seule une lecture binaire (couvert / non couvert) est disponible. C'est imparfait, mais faute de mieux, il faudra s'en contenter pour l'instant.

Cartes de couverture des opérateurs

Pour cela, deux types d'information sont présentés :

Aux yeux du régulateur, le fait de rentrer dans un tel degré de détail va révéler ce que les opérateurs entendent par « couverture » : est-ce uniquement les appels et les SMS qui passent ou bien profite-t-on pleinement de la 4G dans telle ou telle zone qui est indiquée comme couverte ? Pour l'Arcep, cela doit provoquer un électrochoc chez Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile.

Provoquer un choc de transparence

« Il s’agit de provoquer un choc de transparence, pour réorienter la concurrence que se livrent les opérateurs, afin que celle-ci porte [...] aussi sur les performances des réseaux », explique le gendarme des télécoms. Rappelons que le système qu'il propose a été présenté fin 2016 et qu'une expérimentation sur plusieurs mois s'est déroulée en Nouvelle Aquitaine.

En 2015, l'Arcep critiquait les cartes fournies par les opérateurs, qui  « ne permettent pas de représenter toute la diversité du ressenti des utilisateurs, qui utilisent souvent leurs services dans des conditions moins idéales et attendent un niveau de qualité élevé ». L'instant jugeait crucial de « compléter les obligations » des opérateurs pour avoir des cartes plus réalistes.

Mises à jour à venir

Il est à noter que ces cartes évolueront dans le temps, qu'il s'agisse de préciser le degré et la qualité de couverture en se basant sur des informations plus récentes ou de détailler plus en profondeur la situation de l'Internet mobile, pour ne pas se contenter d'une logique binaire (c'est couvert ou ça ne l'est pas). Par ailleurs, en juillet 2018, une première version de Mon Réseau mobile sera lancée pour la France de l'outre-mer.

En attendant les mises à jour du site, les développeurs peuvent, s'ils le souhaitent, s'en emparer pour concevoir de nouveaux services. En effet, les cartes comme toutes les données figurant sur le site sont diffusées en Open Data. Chacun peut donc se les approprier pour créer, par exemple, des outils de comparaison afin de savoir quel est le meilleur opérateur mobile.

(article mis à jour le 1er mars avec la mise à jour du service)