Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

La Chine censure les duels de Go entre son champion et l'IA de Google

La Chine a ordonné aux médias nationaux de ne pas diffuser ou commenter en direct le match de Go opposant Ke Jie et AlphaGo. Question d'honneur ?

Sur YouTube, Google a diffusé et diffusera les matchs opposant le champion de Go chinois Ke Jie à son ordinateur AlphaGo. Le monde entier a ainsi pu voir en direct une énième défaite de l'humain face à la machine, dans une partie où le joueur de chair et d'os s'est incliné de justesse. Tout le monde, sauf la Chine.

En effet, le China Digital Times a révélé que tous les médias chinois avaient reçu une notice du gouvernement leur intimant l'ordre de ne pas diffuser le match en direct. « Au sujet du match entre Ke Jie et AlphaGo, aucun site web, sans exception, peut proposer un direct. Si l'un d'eux en a annoncé un en avance, il doit l'annuler », rapporte le GuardianCette censure s'étendait aux vidéos mais également aux commentaires textuels, aux messages sur les réseaux sociaux et aux notifications sur les smartphones.

Le quotidien britannique estime que le gouvernement chinois craignait une victoire écrasante de la machine sur l'humain qui aurait entaché la réputation du pays. Le Go, comme dans d'autres pays d'Asie, est en effet aussi bien un jeu de stratégie qu'une philosophie et un symbole de maîtrise. Ke Jie n'a finalement perdu que d'un demi-point et a lancé qu'AlphaGo était de plus en plus incroyable, que la machine devenait « le dieu du Go ». Cette interdiction n'a a priori pas de rapport direct avec la censure plus globale de YouTube, vu qu'elle concernait aussi les médias qui avaient envoyé des équipes sur place.

Et comme l'imagination triomphe toujours de la censure, plusieurs sites chinois ont réussi à contourner cette interdiction de manière plutôt maline : ils ont filmé un plateau dans leurs propres studios et ont simplement joué les coups dessus les uns après les autres.