L'état du déploiement des réseaux 4G est communiqué chaque mois par l'Agence nationale des fréquences, qui indique notamment le nombre de supports 4G autorisés et activés en France métropolitaine mais aussi en outre-mer.

Comment se passe le déploiement des réseaux 4G en France ? Alors que les opérateurs commencent à regarder vers la 5G, qui est la prochaine norme de téléphonie mobile, l’extension de la couverture en 4G se poursuit avec le souci de desservir tout le territoire, ou en tout cas la surface la plus vaste possible, maintenant que l’essentiel de la population y a accès.

Or, il n’est pas simple pour le profane de savoir clairement où en sont les grands opérateurs dans ce travail de déploiement. Aussi, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) publie chaque mois un rapport rendant compte des efforts fournis par Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile dans le très haut débit mobile.

Il est important de noter qu’il ne s’agit pas pour l’établissement public de juger de la qualité des réseaux mais de faire un point sur leur développement, en tenant compte des données remontées par les opérateurs. Il y a en particulier un focus sur l’installation et l’activation des supports acheminant les communications.

Panorama général de la 4G en France

En date du 1er juin 2018, 40 976 supports 4G ont été autorisés pour la totalité des opérateurs. Ces installations, en très grande majorité situées sur le territoire métropolitain, là où vit l’essentiel de la population, sont pratiquement toutes en service. 36 441 supports sont en fonctionnement, soit environ 88,9 % de l’ensemble des infrastructures.

Dans cette course au déploiement, on remarque que trois opérateurs sont au coude à coude : Orange compte 15 655 sites 4G en service, suivi de très près par SFR, qui en a 15 361 et Bouygues Telecom, avec 15 057 infrastructures. Ils ont respectivement l’autorisation d’en activer 17 739, 17 276 et 17 289.

Et Free Mobile dans tout ça ? Le quatrième opérateur a naturellement beaucoup à faire car il est arrivé sur le marché de la téléphonie mobile bien après ses concurrents. Le groupe a quand même bien réduit l’écart puisqu’il compte 10 627 sites 4G actifs sur un total de 13 663 infrastructures autorisées.

Au global, les demandes d’autorisation de sites 4G enregistrées en mai sont en hausse de 1 % par rapport au 1er avril, relève l’établissement public. Les mises en service 4G demeurent aussi en progression avec une croissance de 1,2 %.

Dans le détail, l’ANFR annonce une hausse de 1,5 % dans la bande 2,6 GHz, 1,5 % sur la bande 800 MHz, 2,4 % sur la bande 1 800 MHz, 17,4 % dans celle à 700 MHz et  23,8 % pour la bande 2,1 GHz.

Antennes 4G en Métropole

La situation au 1er juin, bande par bande.

Antennes 4G en outre-mer

Antennes4GDOMJuin2018
La situation au 1er juin, bande par bande.

Partager sur les réseaux sociaux