Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Un Facebook sans publicité ? Apple aurait tenté de convaincre le réseau social, en vain

Selon les informations du Wall Street Journal, Apple a longtemps tenté de convaincre Facebook de lancer un abonnement payant, pour permettre aux utilisateurs de retirer les publicités. Ça n'a pas marché, en grande partie parce qu'Apple voulait une commission. 

Avant de s'attaquer au business des publicités de Facebook, et de faire perdre des milliards de dollars à Meta, Apple aurait tenté d'avoir sa part. Dans un article publié le 12 août, le Wall Street Journal dévoile l'existence de conversations entre Apple et Meta entre 2016 et 2018. Leur objectif : trouver de nouveaux moyens de collaborer, puisqu'Apple était à l'époque particulièrement intrigué par le succès du réseau social sur son App Store. Avant de devenir ennemis jurés de la Silicon Valley, les deux groupes auraient tenté de monter une alliance. 

Un Facebook sans pubs ? Des boosts pour les posts ?

Quand on lit l'article du Wall Street Journal, on se demande ce que Meta aurait gagné dans cette affaire. Tous les faits reportés donnent l'impression qu'Apple cherchait surtout un moyen de gagner de l'argent grâce à Facebook, sans vraiment expliquer en quoi un tel partenariat entre les deux géants aurait été bénéfique au groupe de Mark Zuckerberg. Il faut dire qu'Apple et Meta n'ont rien souhaité commenter, même s'ils ne démentent rien. 

Dans les faits, ce que l'on apprend est qu'Apple et Meta se seraient régulièrement rencontrés entre 2016 et 2018 afin d'évoquer des « affaires communes ». Apple, en qualité de chef de l'App Store, aurait fait des propositions à son homologue. Il lui aurait notamment suggéré de lancer un abonnement payant à Facebook, pour retirer les publicités. Bien sûr, il aurait alors prélevé 30 % sur cet abonnement, puisqu'Apple souhaitait que l'on s'y abonne depuis l'App Store. 

Facebook Apple
À la première ouverture de Facebook, Apple suggère à ses utilisateurs d'empêcher Facebook de suivre ses activités en ligne. // Source : Apple

Autre demande d'Apple : les publications boostées. Vous le savez peut-être, une page peut payer pour augmenter la visibilité d'un post. Facebook considère qu'il s'agit de publicité, quelque chose que ne taxe pas Apple. Le groupe de Tim Cook a tenté de faire changer d'avis le réseau social, en lui expliquant que le boost de publications devait être une fonction accessible de tous les utilisateurs, pourquoi pas par achat in-app. Son objectif était de toucher une commission là-dessus, ce que Meta n'a pas souhaité. 

Ironiquement, trois ans après la fin des discussions, Apple a déployé son App Tracking Transparency pour mettre fin à la collecte de données entre les applications. Cette nouvelle fonction a fait beaucoup de mal aux publicités de Facebook, qui ne cesse de dire du mal d'Apple. Le tout n'est sans doute pas directement lié (Apple a effectué un virage pro-vie privée entre-temps), mais Meta le voit sûrement d'un autre œil.