Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Google Pixel 6a : à 459 euros, il excelle en photo

Numerama a testé le Google Pixel 6a, la version milieu de gamme du Pixel 6 commercialisé à l'automne dernier. Plus petit, mais équipé de la même puce, ce smartphone a tout pour plaire.

Si les ventes des Pixel étaient corrélées à la qualité de ses produits, Google aurait rattrapé Samsung et Apple il y a longtemps. Malheureusement pour le géant du web, il ne suffit pas de faire de bons appareils pour devenir un géant du hardware. Incapable de conserver une cohérence d'une génération à l'autre, de décliner ses produits en plusieurs versions (stockage, couleur, etc.) ou de fournir un stock suffisant à ses fournisseurs, Google reste aujourd'hui un « petit » sur le marché du smartphone, malgré la sortie récente de ses excellents Pixel 6 et Pixel 6 Pro.

Pour redresser la barre, Google lancera fin juillet 2022 le Pixel 6a, le smartphone milieu de gamme qu'il avait annoncé début mai (oh, une incohérence), au tarif de 459 euros. Il s'agit du successeur du Pixel 4a, notre smartphone milieu de gamme coup de cœur depuis plusieurs années. Et si vous vous demandez où est passé le Pixel 5a, Google a renoncé à le lancer en France, malgré la forte demande pour son prédécesseur (une demande qu'il n'a jamais réussi à combler). Encore une incohérence, qui n'a stratégiquement aucun sens… En attendant de savoir s'il sera facile de trouver des Pixel 6a en magasin, nous avons testé cet appareil prometteur pendant une semaine.

Un redoutable smartphone pour la photo

Comment définir le Pixel 6a ? Si nous voulions être très vulgarisateurs, nous vous expliquerions qu'il s'agit d'un smartphone Pixel 6 avec l'appareil photo du Pixel 5 (et 200 euros de moins, le Pixel 6 coûte 649 euros). Il existe bien entendu d'autres différences que nous vous listerons après cette première partie dédiée à la photo. 

Parce que oui, la force du Pixel 6a, comme celle de tous les autres Pixel, est son incroyable qualité photo. Nous avons souhaité commencer ce test en vous montrant plusieurs clichés réalisés avec l'appareil et ses deux capteurs de 12,2 Mpix (ouverture f/1.7) et 12 Mpix (ultra grand-angle, ouverture f/2.2), histoire de vous montrer de quoi il est capable. Vous allez voir qu’à 459 euros, il dépasse largement ce qu'on a l'habitude de voir.

Photo prise avec le capteur principal du Pixel 6a. Malgré la vitesse du bateau, elle est parfaitement nette et les couleurs sont parfaites. // Source : Numerama
Portrait réalisé avec le Pixel 6a. Regardez la précision de l'éclaboussure, parfaitement figée. On peut ensuite ajuster l'effet bokeh dans l'application, tout est virtuel. // Source : Numerama
Photo prise avec l'appareil photo principal du Pixel 6a. // Source : Numerama

Bien sûr, sur le papier, le Pixel 6a n’est pas parfait. Ses petits capteurs offrent naturellement moins de piqué que les capteurs géants d’autres fleurons (48 Mpix, 50 Mpix, 108 Mpix), comme celui du Pixel 6 lui-même. Mais peut-on vraiment s’en plaindre au vu de la qualité photographique du Pixel 6a ? Fidèle à ses habitudes, Google mise sur des algorithmes logiciels pour compenser. La photo affichée en prévisualisation dans l’application « Caméra » a rarement quelque chose de semblable au résultat final, puisque Google améliore par le logiciel tout ce que vous photographiez. Un tour de magie que détesteront les puristes de la photo, mais qui ravira les autres. Le Pixel 6a rend beau ce qui est moche. Ce n'est pas de la pure photo, mais c'est suffisamment génial pour être partagé avec fierté sur les réseaux sociaux. 

Photo prise avec l'appareil photo principal du Pixel 6a, les détails sont étrangement bons pour un petit capteur. // Source : Numerama
Cette photo a été prise la nuit, avec très peu de lumière. Le Pixel 6a a modifié la réalité pour laisser croire qu'il y avait de la lumière. // Source : Numerama

L’autre force du Pixel 6a est sa capacité à modifier une photo après l’avoir prise. Vous fermez les yeux ? Pas de panique, le Pixel a probablement enregistré une version alternative où vous aviez les yeux ouverts. Un passant s’incruste au dernier moment, entourez-le pour que Google le retire de l’image. C'est ce qu'on appelle la « gomme magique » et c'est bluffant. Notons aussi les travaux de Google pour mieux prendre en compte les différentes couleurs de peau et ne pas proposer un appareil seulement conçu pour blancs. 

Des bateaux ? Quels bateaux ? // Source : Captures Numerama

Le Pixel 6a est-il aussi bon en photo que les autres Pixel ? Si l’absence de quelques fonctions, comme le mode « Mouvement » des Pixel 6, est regrettable, on peut aisément dire que oui. Si vous cherchez un bon smartphone pour prendre des photos de vacances, photographier des soirées ou garder des souvenirs d’événements agréables, vous ne trouverez pas mieux sous les 500 euros. La perfection n’est pas là, notamment en ultra grand-angle où le Pixel 6a ne fait pas autant de miracles que les Pixel 6 et Pixel 6 Pro, mais il est difficile de trouver un meilleur rapport qualité prix à un tel prix. C'est la principale raison pour laquelle nous recommanderions un Pixel 6a plutôt qu'un Xiaomi ou un Oppo au même prix, généralement plus puissants. 

Le module caméra du Google Pixel 6a est à l'arrière, dans un bloc rectangulaire sous la forme d'une barre. // Source : Louise Audry pour Numerama

Les points communs du Pixel 6a et du Pixel 6

Dans les deux parties suivantes, nous allons vous présenter les points communs entre le Pixel 6a et le Pixel 6, puis nous aborderons leurs différences. Les deux smartphones partagent beaucoup (comme leur design), mais se distinguent sur quelques points essentiels. 

Démarrons par le design. Le Pixel 6a n’est pas un clone à proprement parler du Pixel 6, puisqu’il s’agit d’une version plus « compacte ». Avec son écran de 6,1 pouces, contre 6,4 pouces pour le modèle original, le smartphone milieu de gamme de Google est beaucoup plus agréable à manipuler que son grand frère. On pourra toujours lui reprocher d’avoir de trop grosses bordures, ce qui le rend un peu large en main, mais ses 178 grammes compensent bien. C’est un smartphone plaisant à manipuler, sans être pour autant un appareil « mini ». Ne vous méprenez pas, 6,1 pouces, ça reste grand. 

Le Pixel 6 à gauche, le Pixel 6a à droite. // Source : Louise Audry pour Numerama

Le deuxième point commun entre le Pixel 6a et le Pixel 6 est son processeur « maison » : la puce Google TensorC’est le troisième appareil à y avoir droit après les deux Pixel 6 de fin 2021. Cette puce « custom », dont le design a été conçu par les ingénieurs de Google, a des allures assez particulières. Présentée comme « haut de gamme », elle intègre des éléments correspondant aux meilleures puces Snapgragon de 2019-2020, tout en développant beaucoup plus certains aspects liés à l’intelligence artificielle. C’est grâce à elle qu’un Pixel 6a est capable de traduire en temps réel le contenu d’une vidéo ou d’un appel, de transcrire un enregistrement vocal ou de reconnaître un morceau sans que vous ayez à ouvrir Shazam. Il est très appréciable de voir Google doter son smartphone le moins cher de la même puce que son smartphone le plus cher, un peu à la manière d’Apple avec son iPhone SE.

Toutefois, nous voulions revenir sur un mensonge qu’on retrouve à plusieurs endroits dans la communication de Google avec ses Pixel. La marque présente son smartphone comme le premier « 100 % Google », ce qui revient à dire qu’un iPhone est « 100 % made in the USA », parce qu’il est imaginé à Cupertino. Les Pixel utilisent peut-être une puce Google, mais cette dernière n’est pas fabriquée par Google (seuls Samsung et TSMC peuvent produire des puces aussi sophistiquées). Les autres composants du Pixel 6a (écran, batterie, modem…) viennent également d'autres fournisseurs. Ce slogan marketing nous agace, parce qu'il est faux et que certaines personnes de notre entourage sont tombées dans le piège. Samsung est sans doute le seul constructeur capable de s’approcher de la promesse du 100 % maison, mais même lui n’y parvient pas. 

Le Pixel 6a reconnaît la musique en permanence, il dispose aussi d'un capteur optique d'empreintes. // Source : Louise Audry pour Numerama

Autres points communs entre le Pixel 6a et le Pixel 6 : ils sont résistants à l’eau (IP67 ici, l'appareil a bien résisté à notre journée bateau), plutôt endurants (on a toujours terminé la journée au-dessus des 30 %), recevront plusieurs années de mises à jour, disposent d’une interface Android très colorée et, c’est toujours aussi bête, n’existent qu’en version 128 Go. Si vous voulez prendre beaucoup de photos, il vous faudra acheter du stockage cloud. Si vous voulez stocker beaucoup de jeux, eh bien achetez un autre smartphone.

Ce que le Pixel 6a ne fait pas

Passons maintenant au jeu des différences, qui n’est pas facile au premier abord. Après plusieurs jours d’utilisation, on en décèle plusieurs. 

Le Pixel 6 à gauche, le Pixel 6a à droite. Son module caméra est plus fin. // Source : Louise Audry pour Numerama

Ce qui saute aux yeux est le manque de fluidité du Pixel 6a, malgré sa puce Google Tensor. Comment l'expliquer ? Le smartphone souffre de sa petite quantité de mémoire vive (6 Go) et, surtout, de son écran 60 Hz. Quand on est habitué au 90 Hz ou au 120 Hz, le retour en arrière fait mal, les animations système sont moins belles. Si vous venez d’un appareil ancien, alors vous ne remarquerez probablement rien. 

Autre changement qui nous a embêtés, mais nous reconnaissons volontiers qu’il s’agit d’une question d’habitude : il n’y a pas de recharge sans-fil sur le Pixel 6a. C’est assez bête, d’autant plus que certains de ses concurrents, comme le Nothing Phone(1) ou l'iPhone SE, en bénéficient. Il faut le charger avec un câble USB-C, tout en prenant en compte que le chargeur n’est pas fourni dans la boîte. Le reste des changements est assez minime, comme l’absence du mode « Mouvement » dans l’appareil photo, mais nous vous en avons déjà parlé.

Le Google Pixel 6a possède un écran OLED. // Source : Louise Audry pour Numerama

Dernier point, la solidité. C’est un problème que nous n’avions pas anticipé avec le Pixel 6, ses courbes légèrement incurvées le rendent extrêmement fragile. Deux des membres de la rédaction de Numerama ont un Pixel 6, ils l'ont tous les deux cassé en le faisant tomber. Au vu du design du Pixel 6a, on ne voit pas comment cela ne pourrait pas se reproduire (d’autant plus que son verre Gorilla Glass est moins solide). Un conseil donc : mettez une coque et un film de protection.