Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Une 3e dose dès 18 ans recommandée par la HAS : 11 millions de Français seraient concernés

La Haute Autorité de Santé recommande une dose de rappel, ou troisième dose, administrée à tous les adultes, 5 mois après la primo-vaccination. Cela concernerait 11 millions de Français, âgés de 18 ans et plus.

Plus de 50 millions de personnes ont reçu une vaccination complète contre le coronavirus SARS-CoV-2, en date du 23 novembre 2021. Alors qu'Olivier Véran doit s'exprimer ce jeudi 25 novembre à 12h30 au sujet de l'évolution de l'épidémie (la 5e vague, le pass sanitaire et les masques seront certainement évoqués à cette occasion), la Haute Autorité de santé vient de rendre son avis sur l'intérêt d'un rappel pour tous les adultes. L'avis de l'autorité précise un nouveau délai recommandé pour l'administration de cette dose de rappel (ou 3e dose de vaccin).

Une 3e dose cinq mois après la primo-vaccination

« La Haute Autorité de santé recommande dès maintenant l’administration d’une dose de rappel à tous les adultes de 18 ans et plus dans un délai un peu plus court : 5 mois après la primo-vaccination », peut-on lire dans le communiqué de la HAS. D'après Guillame Rozier, le fondateur du site Vite ma Dose, cela représenterait 11,7 millions de Français éligibles -- 6,1 millions ayant reçu une dose de rappel.

https://twitter.com/GuillaumeRozier/status/1463796366292004865

Auparavant, l'autorité recommandait l'administration de la dose de rappel 6 mois après la primovaccination. Cependant, l'autorité a aussi dû prendre en considération « le contexte épidémique préoccupant caractérisé par une augmentation récente de l’incidence de la Covid-19 ».

Elle s'est aussi penchée sur des données de modélisation qui lui ont été transmises par l’Institut Pasteur. L'institut a évalué l'impact d'un rappel à 4, 5 ou 6 mois selon les populations (plus de 65 ans, de 50 ans et de 18 ans) et dressé plusieurs scénarios épidémiologiques (les différentes stratégies étant comparées à un scénario sans rappel).

« En prenant l'hypothèse que le rappel a la même efficacité après 5 ou 6 mois, pour 400 000 doses distribuées par jour aux 18+, la réduction de la taille du pic est de 50% et 39 % respectivement pour un délai de 5 et 6 mois », avance la HAS. L'autorité considère donc que la stratégie la plus efficace serait d'élargir le rappel à tous les majeurs, dans un délai de 5 mois au lieu de 6, après la primovaccination.

Outre les efforts de vaccination, notamment auprès des personnes n'ayant encore reçu aucune dose, la HAS rappelle l'importance de conserver les gestes barrières pour freiner l'épidémie.