Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Les ««« vols dans l'espace »»» de Virgin Galactic peuvent reprendre

Les autorités américaines ont achevé leur enquête sur un incident concernant le dernier vol de Virgin Galactic. L'entreprise peut reprendre ses activités.

Virgin Galactic n'est plus clouée au sol. L'entreprise américaine vient d'annoncer le 29 septembre qu'elle peut reprendre ses activités aériennes, maintenant que s'est terminée l'enquête de la direction de l’aviation civile américaine (FAA). Le prochain vol est d'ailleurs pour très bientôt : le décollage de la mission Virgin Galactic Unity 23 doit survenir courant octobre 2021.

La reprise des missions de Virgin Galactic s'accompagne toutefois de quelques exigences de la FAA. En particulier, il est demandé à la société de revoir les dimensions de son espace aérien protégé dans lequel elle effectue ses manœuvres en vol. Ce faisant, Virgin disposera d'un volume « suffisant pour une variété de trajectoires de vol possibles pendant les missions spatiales ».

Une trajectoire invalide lors du dernier vol de Virgin

Cette demande, qui s'accompagne par ailleurs d'une requête consistant à obtenir plus de communication en temps réel entre la FAA et Virgin Galactic pour des raisons de sécurité, fait suite à un incident survenu pendant la mission Virgin Galactic Unity 22, organisée en juillet 2021. Ce vol, dans lequel a pris place le milliardaire britannique Richard Branson, est justement sorti de la zone dans lequel il devait évoluer.

Dans les grandes lignes, la trajectoire du VSS Unity n'a pas été bien suivie pendant le vol de retour. Le vaisseau « a dévié  » de son plan de vol en se dirigeant vers Spaceport America, le site à partir duquel l’entreprise opère ses activités spatiales. Ces manœuvres inattendues ont attiré l'attention de la FAA. Elles ont aussi fait l'objet d'une enquête du New Yorker, qui s'est montrée très critique envers Virgin.

Le prochain vol se fera pour le compte de l'armée de l'air italienne, à des fins de recherche. Il s'agira d'un vol suborbital, c'est-à-dire que le véhicule effectuera une sorte de parabole, sa vitesse et son angle étant insuffisants pour être placés en orbite. Ce qui ne ferait pas vraiment les affaires de l'équipage, qui n'a pas signé pour tourner sans arrêt autour de la Terre sans jamais rentrer.

Cette relance des activités aériennes de Virgin Galactic sera aussi l'occasion de relancer le débat sur la faculté de l'entreprise à accéder vraiment à l'espace. Le débat s'était posé lors de la mission Unity 22 ; en filigrane, une entreprise concurrente, Blue Origin, avait dit que l'altitude de  Virgin n'était pas la bonne. Le débat est ouvert : car il s'avère que la frontière de l'espace n'est pas si simple à déterminer.