Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Non, l'astéroïde Bennu ne va pas frapper la Terre, c'est plus certain que jamais

La trajectoire de l'astéroïde Bennu est désormais beaucoup mieux connue. La NASA s'est servie des données récoltées lors de la mission OSIRIS-REx pour affiner ses calculs, et c'est désormais sûr : l'astéroïde ne représente aucun danger.

Si un jour vous entendez parler de Bennu qui « frôle » la Terre, inutile de vous inquiéter. Les articles évoquant des astéroïdes « frôlant » la Terre utilisent la plupart du temps ce terme de manière très exagérée. Et en ce qui concerne l'astéroïde Bennu, il n'a quasiment aucune chance de représenter un réel danger.

C'est la conclusion à laquelle arrivent des chercheurs de la NASA qui se sont fondés sur des années d'observations par OSIRIS-REx. La sonde qui est restée en orbite autour de Bennu pendant deux ans et demi a profité de ce moment, non seulement pour prélever un échantillon, mais aussi pour étudier au maximum l'objet, sa composition, son évolution et sa trajectoire.

Une chance sur 1 750

Le danger représenté par Bennu était pourtant pris très au sérieux par les chercheurs. D'une part parce que l'astéroïde mesure quasiment 500 mètres de diamètre, ce qui, en cas de collision, est largement suffisant pour ravager une bonne partie de la planète. À titre de comparaison, lors de l'événement de la Toungouska en 1908, durant lequel un astéroïde a libéré 1 000 fois l'énergie de la bombe nucléaire d'Hiroshima, et a détruit 20 kilomètres de forêt, l'objet en question ne dépassait pas les 50 mètres.

La trajectoire de Bennu est du reste très chaotique. L'astéroïde subit l'effet Yarkovsky : les rayons du Soleil qu'il reçoit perturbent sa rotation et sa trajectoire car il est davantage exposé d'un côté que de l'autre. Les astéroïdes concernés par cet effet sont les plus imprévisibles. Mais les auteurs ajoutent : « Un des buts d'OSIRIS-REx était justement de mesurer précisément l'effet Yarkovsky et de définir les risques d'impact de Bennu sur la Terre. »

C'est désormais chose faite : Bennu passera assez près de la Terre en 2135, et en prenant en compte l'effet des radiations solaires, mais aussi celui de la gravité exercée par les différents corps sur son passage et par la Terre, il y a une chance sur 1750 qu'il s'écrase sur notre planète. «C'est la première fois que nous déterminons la trajectoire d'un astéroïde avec autant de précision », assurent les auteurs.

Les moindres détails scrutés à la loupe

En effet, la longue observation par la sonde offre un point de vue unique sur l'astre. Par exemple, les chercheurs ont pu déterminer si à l'approche de la Terre, Bennu allait passer par un trou de serrure gravitationnel, c'est-à-dire un endroit dans l'espace où les forces de gravitation provoqueraient une attraction tout droit vers notre planète. Ils ont aussi évalué l'influence du Soleil, de sa gravité, ainsi que la gravité de 300 autres astéroïdes situés sur le passage. Chacun peut tirer ou pousser Bennu d'un côté ou de l'autre.

Cette analyse donne un éclairage inédit sur les astéroïdes expliquent les auteurs de l'étude. «Ce résultat est incroyable, résument-ils. Pas seulement pour Bennu et ses risques de collision, mais aussi pour tous les astéroïdes sensibles aux effets étudiés.» Quant à Bennu, il sera scruté depuis la Terre d'ici 2023, lorsque la sonde reviendra avec les échantillons prélevés lors de sa mission.