Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

La HAS ne recommande pas le vaccin AstraZeneca aux plus de 65 ans, et c'est normal

Les résultats publiés par AstraZeneca sont trop parcellaires sur les plus de 65 ans pour pouvoir recommander ce vaccin à cette tranche d'âge. Les autorités de santé attendent donc la publication d'une nouvelle étude.

Le Royaume-Uni avait autorisé à la mi-décembre 2020 le vaccin d'AstraZeneca contre le coronavirus SARS-CoV-2. C'est maintenant au tour de l'Union européenne et de la France. Le 2 février 2021, la Haute autorité de santé (HAS) a émis un avis favorable à l'usage de ce vaccin. Il y a cependant quelques conditions.

Rappelant que l'efficacité et la tolérance du vaccin d'AstraZeneca sont satisfaisantes, la HAS recommande de proposer le vaccin « à l’ensemble des professionnels du secteur de la santé et du médico-social de moins de 65 ans » ainsi qu’aux personnes âgées « de 50 à 64 ans ». Alors que les vaccins de Pfizer et Moderna, basés sur l'ARN messager, avaient été recommandés en priorité, au début, aux personnes les plus âgées, pourquoi le vaccin d'AstraZeneca n'est-il pas recommandé aux plus de 65 ans  ?

La réponse est à trouver dans les résultats scientifiques de l'étude, mais gare aux faux chiffres qui circulent sur l'efficacité de ce vaccin. La principale explication provient du manque de données sur cette tranche d'âge, un manque qui n'est a priori que temporaire.

Pas assez de recul pour les plus de 65 ans

L'efficacité obtenue lors de l'essai de phase 3, mené avec plus de 20 000 volontaires, est en moyenne de 70 %. Cette troisième phase a également montré que les personnes recevant le vaccin d'AstraZeneca ne développent pas de formes sévères de la maladie -- tous les symptômes graves provoqués par le coronavirus se sont déclarés dans le groupe sous placebo et n'ayant donc pas reçu de vaccin. Aucun effet secondaire important n’a été relevé, sauf auprès de trois personnes, qui ont toutes guéri, et ce qui est peu à l'échelle de cet essai.

Ces résultats, publiés à l'automne 2020, demeurent toutefois incomplets en matière de tranches d'âge. Les volontaires âgés de 18 à 55 ans ont été recrutés entre fin mai et début juin 2020, quand les groupes plus âgés ont rejoint l'essai en août 2020. Ce décalage occasionne un manque de recul. « L’efficacité du vaccin dans les groupes plus âgés n’a pas pu être évaluée, mais sera déterminée, si des données suffisantes sont disponibles, lors d’une analyse future », écrivent les scientifiques ayant conduit l'étude.

Il n'y a donc pas de conclusions scientifiques publiées sur lesquelles se reposer pour proposer le vaccin d'AstraZeneca aux plus de 65 ans. « Cette recommandation sera réexaminée à la lumière de la disponibilité de données complémentaires notamment chez les personnes âgées de 65 ans et plus », indique d'ailleurs la HAS.

Le faux chiffre de 8 %

Fin janvier 2021, deux journaux allemands avaient diffusé avec alarmisme le chiffre de 8 % : c'était, selon eux, le chiffre avancé par le gouvernement allemand quant à l'efficacité du vaccin d'AstraZeneca chez les plus de 65 ans. Ce chiffre est faux. Il a été nié à la fois par le gouvernement allemand et AstraZeneca. Il n'existe aucune preuve, aucune source mentionnant un niveau si bas d'efficacité. Aucun organisme sanitaire n'aurait de toute façon validé le moindre produit affichant un score si mauvais. Il semblerait en réalité que ces journaux allemands aient confondu la proportion de personnes de plus de 60 ans dans l'étude avec les chiffres d'efficacité.

Si les données restent trop parcellaires pour l'efficacité du vaccin d'AstraZeneca chez les plus de 65 ans, les résultats publiés restent malgré tout très prometteurs. Les données montrent « des réponses immunitaires similaires après la vaccination avec deux doses de ChAdOx1 nCov-19 [nom du vaccin] chez les adultes âgés, y compris ceux de plus de 70 ans, par rapport à ceux de moins de 55 ans ». L'efficacité pourrait donc ne pas être si éloignée de celle relevée chez les plus jeunes. Une réponse en anticorps ne suffit toutefois pas à établir l'efficacité d'un vaccin, raison pour laquelle il faut attendre une nouvelle étude comportant un meilleur recul sur cette tranche d'âge.