Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Comment les chiens s'orientent grâce au champ magnétique terrestre

Des biologistes viennent d'aboutir à la première preuve scientifique expérimentale d'une magnétoréception chez les chiens.

Si pendant longtemps l'être humain s'est perçu comme une espèce supérieure, on sait maintenant que certains animaux ont des capacités qui nous dépassent pourtant bien. Les oiseaux voient par exemple des couleurs que l'on ne peut même pas imaginer. Chez nos chiens, c'est le sens de l'orientation qui est particulièrement impressionnant. Une équipe de biologistes tchèques vient d'apporter la première preuve scientifique, dans une étude parue en juin dans eLife, que les chiens disposent de magnétoréception. Ils s'orientent à partir du champ magnétique terrestre.

L'étude du sens de l'orientation des chiens se restreignait jusqu'à maintenant à quelques rapports notables, mais scientifiquement anecdotiques, notent les auteurs en introduction. Ces nouveaux résultats sont donc une percée dans le décryptage du comportement animal. Pour leur étude, ces biologistes ont équipé 27 chiens avec des colliers GPS et des caméras. Ils les ont suivis pendant trois ans, sur des centaines d'excursions au cœur des zones forestières. Les biologistes se sont plus particulièrement penchés sur les trajets retours vers leurs propriétaires. Les résultats sont décrits par Catherine Lohmann, la directrice de l'étude, s'exprimant dans Science Mag le 17 juillet, comme impressionnants.

Dans 59,4 % des cas, les chiens sont revenus sur leurs pas, en suivant les traces odorantes qu'ils ont laissées. C'est la stratégie du pistage (tracking). Mais dans 33,2 % des cas, les chiens ont opté pour la stratégie de l'exploration (scouting). Pour les 8 % restants, les deux modes de déplacement ont été combinés au moins une fois. La stratégie de l'exploration semble clairement reliée selon les scientifiques à la magnétoréception.

Des trajets plus efficaces que les autres

La découverte est fascinante : l'intégralité des chiens qui ont opté pour cette stratégie du scouting ont utilisé la même méthode. Chacun d'eux a commencé sa route retour par un premier trajet d'environ 20 mètres sur l'axe géomagnétique nord-sud, quel que soit l'endroit où se situe le propriétaire. Cette phase est décrite dans l'étude comme une sorte de programmation de la boussole interne afin d'ajuster les sens au champ magnétique. Ces vingt premiers mètres sont « déterminants pour mettre la carte mentale en concordance avec la boussole magnétique et pour établir le cap de l'animal ».

Le contexte forestier a son rôle a jouer pour l'expérience scientifique : les chiens ont parcouru des forêts qu'ils ne connaissaient pas, donc sans repères. L'épais feuillage freine les odeurs potentielles que peut émettre le propriétaire au loin ; le propriétaire n'était pas visuellement repérable ; la canopée bloquait en grande partie le Soleil. En bref : compte tenu de l'ajustement systématique sur l'axe nord-sud et de l'absence de repères visuels, olfactifs ou célestes fiables, seule la magnétoréception apparaît plausible pour expliquer scientifiquement les observations. Ce n'est pas la seule trouvaille surprenante des biologistes. Les chiens qui ont opté pour la stratégie d'exploration orientée sur la base du champ magnétique terrestre ont procédé au trajet le plus rapide et efficace.

« Nos résultats montrent clairement l'importance de poursuivre les recherches sur le rôle et l'implication des repères magnétiques dans la navigation canine (et plus généralement des mammifères). Plus précisément, les recherches suggèrent que le champ magnétique peut fournir aux chiens (et aux mammifères en général) un cadre de référence 'universel', qui est essentiel pour la navigation à longue distance », concluent les biologistes tchèques.