Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Qu'arrive-t-il à la comète ATLAS, qui aurait pu être bientôt visible à l'œil nu ?

Découverte en décembre, C/2019 Y4 (ATLAS) était prometteuse : l'évolution de cette comète laissait penser qu'elle pourrait bientôt devenir visible à l'œil nu. De nouvelles observations montrent que l'objet serait probablement en train de se désintégrer.

La comète C/2019 Y4 (ATLAS) suscite beaucoup d'intérêt. Après sa découverte le 28 décembre 2019, dans les données d'un observatoire installé au sommet du mont Mauna Loa (Hawaï), l'apparence de l'objet a été commentée : la comète promettait de devenir si brillante qu'elle serait bientôt visible à l'œil nu. Néanmoins, de nouvelles observations laissent entendre que l'objet pourrait finalement être en train de se fragmenter.

Une publication du site The Astronomer's Telegram, datée du 6 avril 2020, rapporte « la possible désintégration de la comète C/2019 Y4 (ATLAS) ». Le constat est tiré des images suivantes, obtenues par le Ningbo Education Xinjiang Telescope (NEXT). Elles montrent que la comète aurait « une morphologie compatible avec un déclin ou un arrêt soudain de la production de poussière, comme on pourrait l'attendre d'une grande perturbation du noyau ».

« Les prochains jours seront très intéressants »

La comète est devenue plus sombre. « Le noyau semble s'allonger et des forces non gravitationnelles sont en jeu. Les prochains jours seront très intéressants », commente l'astronome Matthijs Burgmeijer, qui observe régulièrement l'objet, sur Twitter. Quelques jours plus tôt, le scientifique avait constaté que la comète s'éclaircissait de façon régulière.

Lorsque la comète a été repérée pour la première fois à la fin de l'année dernière, sa luminosité était encore faible. Néanmoins, comme le relève Space.com, sa luminosité s'est mise à croitre rapidement au cours des jours qui ont suivi. Il a été envisagé que, lorsque la comète arriverait à son périhélie (prévu pour le 31 mai), elle pourrait être aussi brillante que la planète Vénus.

À compter du 17 mars, la comète a continué de gagner en luminosité, mais de façon moins fulgurante. Ces derniers jours, une baisse de luminosité a été constatée. Les nouvelles images faisant état d'un allongement du noyau de C/2019 Y4 (ATLAS) suggèrent ce que certains avaient pu envisager, à savoir la désintégration de la comète.

Néanmoins, il ne faut pas uniquement voir cette probable désintégration comme une triste nouvelle. Certes, sa disparition empêchera les astronomes et le grand public de la voir à l'œil nu comme escompté. Mais, comme le souligne l'astrochimiste Hervé Cottin sur Twitter, le suivi de cet objet depuis des observatoires pourraient justement être l'occasion d'obtenir « un festival d'observations vraiment inédites ».