Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Cet adorable rover aquatique pourrait aider à chercher la vie extraterrestre

BRUIE pourrait donner une idée des astromobiles qu'il faudra concevoir pour explorer des mondes aquatiques. Ce rover est actuellement testé, pour voir s'il serait capable de chercher des traces de vie dans un monde glacé, comme Encelade ou Europe.

Un nouveau rover pourrait aider à rechercher la vie extraterrestre dans des mondes aquatiques. Baptisée « BRUIE », cette machine pourrait explorer des astres glacés, comme le sous-entend son nom qui signifie « Buoyant Rover for Under Ice Exploration » (que l'on pourrait traduire par « rover flottant pour l'exploitation sous la glace »). Le projet a été présenté par l'université d'Australie-Occidentale le 3 avril 2020.

« BRUIE, un rover flottant avec deux roues indépendantes, est conçu pour rouler le long de la partie inférieure de la croûte de glace et utilise des instruments embarqués pour détecter des composants qui intéressent les chercheurs en sciences spatiales », résume Daniel Arthur, professeur à l'école d'ingénierie de l'université d'Australie-Occidentale, cité dans le communiqué de l'établissement. Il a travaillé avec des scientifiques de la Nasa pour tester le rover.

L'appareil a déjà été essayé en Arctique et en Alaska, afin de voir si BRUIE serait capable de mener une mission dans l'espace, dans un monde aquatique. De tels lieux existent très certainement dans le système solaire : les scientifiques soupçonnent certaines lunes de cacher, sous une surface glacée, des océans profonds. C'est le cas pour Europe, satellite de Jupiter, ainsi que pour Encelade, satellite de Saturne.

Le rover évoluerait à la jonction entre la glace et l'océan

Pour explorer ces mondes, il faudrait donc réussir à concevoir un astromobile résistant, capable de se déplacer de façon autonome dans un océan refermé par une épaisse couche de glace -- les calottes peuvent faire jusqu'à 10 ou 19 kilomètres, estime la Nasa. La zone de jonction entre l'eau (dont la présence est supposée) et la glace serait très intéressante à étudier, car c'est à cet endroit que l'on pense que des phénomènes chimiques pourraient être propice à la vie.

BRUIE est une technologie prometteuse à plusieurs égards : le rover parvient à rester en contact avec la glace, grâce à sa flottabilité. Il peut s'éteindre au cours d'une mission, pour ne s'allumer que lorsqu'il doit recueillir des données. Une telle longévité serait intéressante dans le contexte d'une mission spatiale. Ses instruments pourraient permettre de mesurer des niveaux d'oxygène dissous, la salinité de l'eau ou encore sa température.

La Nasa a l'intention d'envoyer une mission spatiale vers Europe vers 2025. Cette mission, nommée Europa Clipper, ne prévoie cependant pas un atterrissage sur l'objet. La sonde se contentera de le survoler. Si la mission fournit des données prometteuses sur Europe, on pourrait imaginer qu'il soit alors envisagé d'y envoyer un rover aquatique, comparable à BRUIE, afin de sonder plus profondément la lune glacée.