Le pic d'activité des Bootides est prévu pour le 27 juin. À quoi vous attendre si vous observez le ciel ce soir-là ? Et d'où viennent ces étoiles filantes ?

Saturne et Jupiter ne sont pas les seuls objets en vedette dans le ciel nocturne ce mois-ci. Vous allez aussi pouvoir observer un essaim d’étoiles filantes, les Bootides. Elles seront à leur maximum le 27 juin 2019.

Comment les observer ? Que verrez-vous exactement dans le ciel ? Voici ce qu’il faut savoir pour profiter du spectacle des Bootides, si les conditions météorologiques le permettent.

Comment observer les Bootides ?

Le 27 juin sera le jour du pic d’activité des Bootides. En général, cette pluie de météores est visible du 26 juin au 2 juillet. « Comme toujours avec les étoiles filantes, leur visibilité est progressive », nous confirme Florent Deleflie, astronome à l’Observatoire de Paris. Ce soir-là, le Soleil se couchera vers 22h : vous pouvez commencer à regarder le ciel une fois la nuit tombée.

Pour trouver les Bootides, vous pourrez regarder vers la constellation du Bouvier, en forme de cerf-volant. Pour la repérer, c’est assez simple. « On peut chercher Arcturus, une étoile rouge qui est la plus brillante de la constellation », note Florent Deleflie. Si vous avez repéré la Grande Ourse, imaginez que le manche de sa « casserole » se prolonge et vous devriez repérer aisément Arcturus.

Comment trouver la constellation du Bouvier. // Source : Capture d’écran Google Sky, annotations Numerama

Il faut bien lever la tête pour regarder les Bootides qui se trouvent très haut dans le ciel, « presque au zénith », selon les précisions de Florent Deleflie. Si vous vous trouvez en France métropolitaine, vous regarderez ces étoiles filantes en direction du sud ouest.

La vague de chaleur qui touche l’hexagone cette semaine a-t-elle une influence sur l’observation du ciel ? « La qualité du ciel est moins bonne quand il fait très chaud, mais ça ne devrait pas perturber l’observation des Bootides. Le ciel est plus stable en hiver », fait remarquer l’astronome. Comme l’explique Météo France, les écarts importants de température entre le jour et la nuit peuvent créer de la turbulence et donner l’impression que les images sont mouvantes.

Comme d’habitude avec les étoiles filantes, le mieux est de les observer à l’œil nu. Vous risqueriez de les louper si vous regardez le ciel avec un instrument.

D’où viennent ces étoiles filantes ?

L’essaim des Bootides vient de la comète 7P/Pons-Winnecke, une comète à courte période (qui met moins de 10 ans à faire sa révolution autour du Soleil). La comète Pons-Winnecke met 6,37 années à faire le tour du Soleil. Son trajet l’amène jusqu’au-delà de l’orbite de Jupiter. Son nom fait référence à Jean-Louis Pons, un astronome membre de l’Observatoire de Marseille, qui l’a découverte en 1819.

Le nuage de poussière qu’elle laisse dans son sillage, et qui heurte l’atmosphère terrestre, fait des Bootides un essaim relativement peu actif, par rapport à d’autres étoiles filantes plus connues (comme les Perséides). « La comète est ancienne et son nuage est usé », explique Florent Deleflie.

Une comète. // Source : Max Pixel/CC0 Domaine public (photo recadrée)

Les Bootides heurtent l’atmosphère terrestre à la vitesse de 18 kilomètres par seconde. Elles sont donc relativement lentes. À titre de comparaison, les Êta Aquarides, connues pour leur rapidité, ont une vitesse de 66 kilomètres par seconde. Dans l’hémisphère nord, vous pouvez espérer en voir 3 par heure, selon l’American Meteor Society (si vous vous éloignez bien de la pollution lumineuse).

Jeudi 27 mai, installez-vous confortablement et prenez le temps de vous habituer au noir. Vous pourrez ensuite attendre patiemment pour espérer voir les Bootides surgir dans le ciel. Bonne observation !

Crédit photo de la une : Pxhere (photo recadrée))

Partager sur les réseaux sociaux