À la suite de l'échec de l'alunissage de sa sonde Beresheet, la société israélienne SpaceIL a annoncé le développement d'une nouvelle machine : Beresheet 2.

Quelques jours après avoir vu son atterrisseur Beresheet s’écraser sur la lune, SpaceIL a annoncé le développement de la sonde Beresheet 2. Le fondateur de la firme, Morris Kahn, s’est exprimé sur ce sujet dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux : « Nous allons construire un nouveau vaisseau spatial, nous allons l’envoyer sur la lune et nous allons accomplir la mission. » Celle-ci consiste à étudier le champ magnétique de la Lune et, au passage, à faire d’Israël la quatrième nation à poser un vaisseau sur le satellite de la Terre.

Si l’échec de Beresheet a été un coup dur pour SpaceIL (la mission aurait coûté 88 millions d’euros), l’ambition de la firme est intacte : « Nous espérons toujours être la première compagnie privée à atterrir sur la lune », déclarait Ben Nathaniel, l’un des employés de la firme, lors d’une session AMA (Ask Me Anything) sur Reddit. À défaut d’atterrir, la sonde a tout de même « permis à Israël de devenir le septième pays à entrer dans l’orbite lunaire. »

Apprendre de ses erreurs

La nouvelle mission a été annoncée, et c’est à peu près tout ce que l’on sait de la deuxième version de la sonde israélienne. Comme l’explique Ben Nathaniel : « Beresheet 2 vient seulement d’être annoncée. Actuellement, il y tellement de facteurs à prendre en compte que nous ne pouvons pas prédire exactement quand le projet sera lancé. » Il se refuse même à donner une estimation quand on lui demande si l’attente se comptera en jours, mois ou années.

La dernière photo de la Lune prise par Beresheet avant son accident. // Source : Twitter/@TeamSpaceIL

Actuellement, la priorité de SpaceIL est de comprendre d’où viennent les problèmes à l’origine du crash de Beresheet sur la Lune. On sait pour l’instant que le moteur de l’engin a eu plusieurs ratés et qu’il ne s’est pas remis en marche à temps pour éviter la chute. La société « est encore en train d’enquêter et n’a pas plus de détails à partager aujourd’hui. » Il ne fait aucun doute qu’une fois ces problèmes réglés, on entendra à nouveau parler de Beresheet 2.

Partager sur les réseaux sociaux