Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Notre cerveau continue encore de développer des neurones après 90 ans

De nouveaux neurones se développent encore dans notre cerveau après 90 ans. Des scientifiques viennent de le vérifier chez des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Des neurones continuent de se développer dans le cerveau après 90 ans. Des scientifiques espagnols l'affirment dans un nouvel article, publié le 25 mars 2019 dans la revue Nature Medicine. Ces nouveaux neurones se trouvent dans une zone bien précise du cerveau : l'hippocampe.

« Cette structure abrite l'un des phénomènes les plus uniques du cerveau des mammifères adultes, à savoir l'addition de nouveaux neurones au cours de la vie », écrivent les auteurs. Leur étude confirme cette hypothèse, en observant directement le phénomène sur des cerveaux humains concernés par la maladie d'Alzheimer (âgés de moins de 100 ans) et d'autres cerveaux sains (âgés de moins de 90 ans).

Où se trouve l'hippocampe et à quoi sert-elle ? Cette structure est située dans la partie latérale et inférieure du cerveau : elle fonctionne par paire, de façon symétrique dans les deux hémisphères. L'hippocampe joue un rôle important dans l'attention, la mémoire et la navigation spatiale.

Les chercheurs ont mis en évidence le processus qu'ils appellent la « neurogenèse hippocampique adulte » (« adult hippocampal neurogenesis », ou AHN). La neurogenèse est le processus par lequel se forme un neurone. Ici, il implique précisément le gyrus denté, un ensemble de replis qui sont situés le long de l'hippocampe.

58 échantillons de cerveaux analysés

Comment les scientifiques ont-ils procédé ? Ils ont prélevé des échantillons dans le cerveau de 58 individus décédés (les chercheurs avaient auparavant obtenu leur consentement). Un premier groupe de 13 personnes, qui avaient entre 43 et 87 ans au moment de leur mort, ne présentait pas de maladie neurologique particulière. Ces échantillons ont été comparés à d'autres, prélevés cette fois-ci sur 45 personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, âgées de 52 à 97 ans lors de leur décès. « L'hippocampe est l'une des régions du cerveau les plus affectées par la maladie d'Alzheimer », soulignent les chercheurs dans leur étude.

Chez les individus sains, les chercheurs ont « identifié des centaines de neurones immatures dans le gyrus denté (...) jusqu'à la neuvième décennie de la vie », affirment les scientifiques (soit avant 90 ans). Chez les patients malades, les neurones nouvellement développés existaient bien, permettant d'affirmer que le processus perdure encore après 90 ans. Les neurones se développaient cependant moins que chez les individus en bonne santé (peu importe leur âge).

« Cela suggère qu'un mécanisme indépendant, différent du vieillissement physiologique, peut entraîner ce nombre décroissant de nouveaux neurones », fait remarquer la neuroscientifique Maria Llorens-Martín de l'université autonome de Madrid, co-autrice de l'étude, auprès de The Guardian. Si notre cerveau est capable de développer de nouveaux neurones tout au long de la vie, les scientifiques imaginent qu'il pourrait être envisageable de lutter contre la maladie d'Alzheimer en favorisant ce processus.