Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Nous pouvons détecter le champ magnétique terrestre (mais ce n'est pas un super pouvoir)

Le cerveau humain est-il sensible au champ magnétique terrestre ? Des chercheurs ont découvert que l'activité électrique de notre cerveau peut changer lorsque le champ magnétique est modifié.

Nous n'avons pas de rayon laser qui sort des yeux, mais nous sommes capables de détecter le champ magnétique de la Terre. Le 18 mars 2019, une équipe de chercheurs du California Institute of Technology (Caltech) et de l'université de Tokyo ont présenté cette découverte dans la revue eNeuro.

Les ondes cérébrales de notre cerveau répondent à des changements du champ magnétique terrestre, assurent les auteurs. Ils présentent une preuve expérimentale de ce phénomène, qui porte le nom de « magnétoréception ». Cette capacité de détecter un champ magnétique est habituellement associée à certaines espèces animales, qui entament notamment des migrations (des oiseaux, chauves-souris ou tortues).

« De nombreux animaux possèdent la magnétoréception, alors pourquoi pas nous ? », s'interroge Connie Wang, étudiante diplômée de Caltech en système de calcul et système nerveux, et principale autrice de l'étude.

Qu'est-ce que le champ magnétique terrestre ?

Sur Terre, le champ magnétique fonctionne comme un bouclier. Sans lui, le vent solaire (un plasma formé d'ions et d'électrons, éjecté par le soleil) serait fatal aux formes de vie sur notre planète. Depuis les années 1980, l'idée que l'humain pourrait y être sensible, de manière comparable aux animaux, a été évoquée mais jamais démontrée, rappelle Caltech.

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs assurent avoir découvert des modifications d'un champ magnétique, « pertinentes du point de vue écologique » qui déclenchent des effets répétés et spécifiques sur l'activité électrique du cerveau humain.

Une expérience d'une heure dans le noir

Comment les scientifiques ont-ils procédé ? Ils ont construit une pièce protégée des radiofréquences et demandé à 34 participants de s'y asseoir dans le noir. Ils y ont reproduit artificiellement le champ magnétique de la Terre. Depuis l'extérieur de la chambre, les chercheurs ont modifié le champ magnétique à l'intérieur. À l'aide de l'électroencéphalographie, une méthode non invasive, ils ont mesuré l'activité électrique du cerveau des participants pendant une heure.

Résultat ? Une corrélation a été observée entre les changements du champ magnétique et les changements enregistrés dans le cerveau des participants. Les auteurs restent prudents sur ces résultats et concluent qu'ils montrent qu' « au moins certains humains contemporains transduisent [ndlr : convertissent] les changements de la force du champ magnétique terrestre en une réponse neurale. »

Cette découverte n'est pas si étonnante, finissent les auteurs. Notre magnétoréception, si elle venait à être confirmée par d'autres études, pourrait être un reste du « mode de vie nomade de nos ancêtres pas si lointains ».