Après plusieurs jours de chantier, la fusée Starship est assemblée. Elon Musk a partagé un cliché montrant le résultat final.

Elle a un look résolument rétro, mais c’est pourtant bien elle qui va tracer l’avenir de SpaceX. « Elle », c’est la fusée Starship (nom donné au véhicule spatial et l’étage supérieur), qui succédera un jour aux actuels lanceurs Falcon 9 et Falcon Heavy. Et pour la première fois, il est possible de l’admirer dans toute sa splendeur : l’assemblage du premier exemplaire pour un vol d’essai s’est achevé.

C’est Elon Musk, le fondateur de SpaceX, qui s’est chargé d’annoncer la nouvelle, le vendredi 11 janvier sur Twitter, en précisant bien qu’il s’agit d’une vraie fusée et non pas d’une modélisation numérique. Ce premier prototype participera aux tests de qualification qui doivent commencer cette année, avec en priorité des vols suborbitaux pour contrôler le comportement général de l’engin spatial.

Le modèle final sera plus imposant

D’ailleurs, Elon Musk fait observer que les dimensions de ce prototype sont actuellement plus petites que celles prévues pour la version finale. « C’est pour les tests de vol suborbital avec des décollages et atterrissages verticaux . La version orbitale est plus haute, avec un revêtement plus épais (qui ne se froisse pas) et un nez bien courbé », commente l’entrepreneur américain.

Si la présentation de Starship a eu lieu ce jour, il était possible de suivre sur les réseaux sociaux les différentes étapes de son érection : sur Twitter, Evelyn Janeidy Arevalo s’est ainsi rendue à de nombreuses reprises à proximité du site de construction, au Texas, ce qui permet au passage de se rendre compte de la taille imposante de l’engin (pour l’échelle, il y a aussi une personne sur la photo de Musk).

Il manque toutefois un peu de couleur sur le fuselage. Nous proposerions bien un damier en rouge et blanc.

À lire sur Numerama : Starship, Falcon Heavy, Falcon 9…  : où en sont les différents vaisseaux spatiaux de SpaceX  ?

Partager sur les réseaux sociaux