Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Des preuves « directes et définitives » : il y a bien de l'eau à la surface de la Lune

Des preuves « directes et définitives » : c'est en ces termes que des chercheurs de la Nasa indiquent la présence irréfutable de glace dans les régions polaires de la Lune. 

Le 20 août 2018 est parue une étude dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of AmericaDans celle-ci, un groupe de chercheurs de la Nasa affirme l'existence de glace sur la Lune, plus particulièrement dans ses régions polaires et dans l'ombre de cratères où la lumière du Soleil ne pénètre pas. Une affirmation capitale pour l'espoir d'une future base spatiale lunaire.

Le premier pas vers l'établissement d'une colonie lunaire ?

En 2009, les scientifiques affirmaient déjà que la surface de la Lune n'était pas totalement sèche. En effet, les sondes spatiales Chandrayaan-1, Cassini et Deep Impact avaient pu détecter des traces d'eau (des molécules) à la surface de notre satellite une décennie auparavant.

Aujourd'hui, soit une autre quasi-décennie plus tard, ce ne sont plus de simples molécules d'eau que l'on estime présentes à la surface de la Lune mais bien de la glace. En utilisant les données récoltées par l'instrument Moon Mineralogy Mapper (M3), les chercheurs ont su identifier trois signatures chimiques prouvant définitivement la présence de glace sur la Lune.

Elle se concentrerait dans les cratères de Haworth, Shoemaker, Sverdrup et Shackleton dans la région sud tandis la distribution de glace au nord se ferait plus disparate. La persistance de cette glace peut être en partie expliquée par la non-exposition au Soleil des cratères la contenant, ceux-ci conservant des températures extrêmement basses (- 157 degrés Celsius).

Lorsqu'il faut résumer l'importance de cette étude, les scientifiques insistent sur le fait que ces dépôts de glace pourraient être utilisées comme ressource pour une future exploration lunaire et même une colonie. Shuai Li, de l'Institut de Géophysique et de Planétologie d'Hawaï et directeur de l'étude, a déclaré à l'AFP, : « C'est la première fois que les scientifiques obtiennent des preuves définitives de la présence de glace à la surface de la Lune. »