Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Le musée de Londres vous propose de regarder en direct... un bloc de déchet toxique et de moisissure

On connaissait le livestream de naissance d'animaux, d'oursons mignons, de flaque d'eau ou de voitures rouges. Aujourd'hui le musée de Londres vous propose d'observer un morceau de déchet en direct, directement extrait des égouts de Londres.

Depuis le 9 août 2018, le musée de Londres propose aux internautes curieux d'observer un fatberg (mot anglais composé de fat « graisse » et iceberg) en direct grâce à son livestream FatCam, accessible sur YouTube.

Vous pouvez donc admirer un morceau de graisses et de déchets alimentaires récupéré des égouts de Whitechapel, un quartier historique londonien.

https://www.youtube.com/watch?v=dyw79k32q5s

Un fragment du plus gros fatberg observé à Londres

En septembre 2017, les habitants de Whitechapel redoutaient le débordement de leurs égouts tandis que les ingénieurs découvraient un des plus gros déchets que les souterrains de Londres n'aient jamais abrité.

Le « monstre », comme l'a décrit Matt Rimmer pour The Guardian, faisait près de 250 mètres, soit plus que la longueur de la Tower Bridge. Le masse de ce monstre calcifié était estimé à 130 tonnes ce qui équivaut à deux Airbus A318 d'après les graphiques de The Guardian.

Au printemps 2018, le Musée de Londres a exposé les derniers restes du fatberg dans une exposition temporaire qui s'est achevée le 1er juillet 2018. La conservatrice Vyki Sparkes décrivait cette expérience comme le reflet de la vie réelle des Londoniens, des hauts et des bas rythmant la vie de la capitale. « C'est comme un miroir noir, il reflète le côté sombre de nous-mêmes », affirmait-elle.

Ce mois-ci, plusieurs fragments du fatberg ont rejoint la collection permanente du Musée de Londres. Celui-ci a décidé que ce vestige du monstre méritait « une place dans l'histoire ». Ces débris, hautement toxiques, ont été placés en quarantaine aux côtés d'autres artefacts constituant l'histoire de Londres. Avec une caméra pour que tout le monde admire ce que l'humain produit et ce qu'il devient.