L'exoplanète PDS 7 b, en pleine formation, a été immortalisée par une équipe d'astronomes. La découverte pourrait permettre d'en savoir davantage sur l'histoire de notre propre système solaire.

Des astronomes sont en train d’assister à la naissance d’une planète. Le 2 juillet 2018, des chercheurs de l’Institut Max-Planck d’astronomie et de l’Observatoire européen astral (ESO), en Allemagne, ont fait savoir qu’ils avaient découvert et identifié « une exoplanète extrêmement jeune en état de formation ».

À l’aide du Très Grand Télescope, situé à l’Observatoire du Cerro Paranal au Chili, les chercheurs ont observé cette planète gazeuse, qu’ils ont renommée PDS 7 b. Ils ont noté que cette exoplanète est en orbite autour de l’étoile PDS 70.

Proche de son lieu de naissance

« Cela signifie que PDS 70 est toujours à proximité de son lieu de naissance et qu’il accumule probablement encore ses matériaux. Ces observations fournissent une occasion unique de tester des modèles de formation de planètes et d’en apprendre davantage sur l’histoire des systèmes planétaires, y compris notre propre système solaire », écrivent les astronomes.

ESO/A. Müller, MPIA

La masse de cette jeune planète découverte par les scientifiques représenterait plusieurs fois celle de Jupiter. PDS 70 b, que l’on aperçoit sur cette image diffusée par l’ESO, montre un objet en train de se former à l’intérieur d’un nuage de gaz et de poussière. Comme le note The Verge, l’exoplanète se forme dans ce que l’on nomme un disque protoplanétaire.

Âgée de 5,4 millions d’années, cette planète est presque un « nouveau né » sur le plan cosmologique. Les astronomes, qui ont postulé que les nouvelles planètes naissaient à proximité d’une étoile, ont déjà observé des matériaux à l’intérieur du disque protoplanétaire du soleil. « Pendant un certain temps, nous pensions que des planètes pouvaient se former sur ce disque, note Miriam Kepler, doctorante à l’Institut Max-Planck et autrice de l’article qui relate cette découverte. Maintenant, nous avons la preuve qu’il y a en a au moins une.  »

La preuve qu’au moins une planète se forme sur ce disque

Pour capturer une photographie de PDS 70 b, les astronomes ont utilisé la technique du coronographe, qui permet d’observer la couronne d’une étoile. En effet, observer des planètes proches d’étoiles lointaines est une manœuvre délicate, car la la lumière de l’étoile en question risque de dominer celle de la planète que l’on veut observer.

Ainsi, les astronomes ont découvert une foule de détails sur ce jeune astre : il est vingt-deux fois plus éloigné de son étoile que la Terre ne l’est du Soleil — ce qui équivaut à la distance entre notre Soleil et Uranus. PDS 70 b est très chaude, plus que n’importe quelle planète de notre système solaire, avec 1 000 degrés Celsius estimés à sa surface.

Ce bébé exoplanète reste cependant plus froid qu’une autre planète découverte l’an dernier par des astronomes américains, avec une température de 4 300 degrés Celsius.

Partager sur les réseaux sociaux