La Nasa se préoccupe du sort d'Opportunity, son vénérable rover martien. Actif depuis 14 ans sur la planète rouge, il est pris dans une tempête de poussière et ne donne plus de signe de vie.

Le rover Opportunity survivra-t-il à la tempête de poussière qui sévit depuis quelques jours sur Mars ? C’est une question pour laquelle l’Agence spatiale américaine n’a pas encore de réponse, faute de parvenir à établir le contact avec son engin. Le 13 juin, la Nasa indiquait que « la tempête de poussière martienne qui a masqué le Soleil au-dessus d’Opportunity a continué de s’intensifier. Elle couvre un quart de la planète ».

Dans une mise à jour publiée mercredi, il est expliqué qu’une tentative de liaison a eu lieu sans succès. « L’équipe opère maintenant en supposant […] que le rover est entré en mode défaut de faible puissance, une condition où tous les sous-systèmes, à l’exception d’une horloge de mission, sont éteints ». Cette horloge est programmée pour réveiller l’ordinateur et qu’il vérifie les niveaux de puissance.

Lorsque le système de bord sera réveillé, il devra déterminer si les batteries ont assez de charge pour remettre l’engin en route — ce qui suppose que ses panneaux solaires puissent de nouveau capter la lumière du Soleil. Si ce n’est pas le cas, parce que la tempête se maintient, l’ordinateur rebasculera dans un mode d’économie d’énergie et l’horloge tentera un nouveau réveil ultérieurement.

« En raison d’une quantité extrême de poussière au-dessus de Perseverance Valley, les ingénieurs de mission croient qu’il est peu probable que le rover ait assez de lumière du Soleil pour se recharger pendant au moins les prochains jours », écrit la Nasa. Cette tempête, détectée le 30 mai, couvre aujourd’hui pas moins de 35 millions de kilomètres carrés.

Dans son malheur, la Nasa peut au moins se satisfaire de la protection thermique que confère cette tempête de poussière. Celle-ci limite en effet les écarts de température, très importants à la surface de Mars. Les observations indiquaient que le robot se trouvait dans un environnement de près de 30°C, ce qui lui évite de recourir à ses radiateurs, et donc à ses batteries, âgées et pratiquement à plat.

Il faut juste espérer que la poussière ne s’immisce par dans des zones critiques du rover et occasionne des dégâts.

Si Opportunity ne survit pas à cette tempête, ce sera une triste nouvelle pour la Nasa mais aussi pour toutes les personnes passionnées par l’actualité spatiale. Cependant, le rover aura accompli sa mission bien au-delà de ce que l’on pouvait espérer : en effet, l’engin ne devait servir que pendant 90 jours martiens. Il s’avère qu’il était encore actif 14 ans après son atterrissage.

Partager sur les réseaux sociaux