Le CEO de la startup Ascendance Biometical est décédé le 29 avril dernier. Le « biohacker » était controversé pour ses expérimentations biologiques, qu'il réalisait sur son propre corps.

Aaron Traywick, le CEO de la startup Ascendance Biometical, a été retrouvé mort le 29 avril 2018 à Washington DC. Âgé de 28 ans, le « biohacker » controversé était connu pour diriger cette entreprise de recherche biologique, dont les pratiques n’ont pas été approuvées par la Food and Drug Administration (FDA).

En effet, Ascendance Biometical est surtout connue pour la tendance de ses employés à ne pas suivre des méthodes scientifiques, mais à expérimenter directement sur leurs propres corps des protocoles présentés comme médicaux.

La biologie du « do it yourself »

Ce genre de pratique, que l’on pourrait presque définir comme un « do it yourself » appliqué à la médecine et la biologie, est un point commun de la communauté des « biohackers », qui se réunissent pour expérimenter ensemble des procédés, sans doute dans l’espoir de pouvoir ensuite les mettre sur le marché.

Le CEO défunt, qui n’avait aucune formation dans le domaine médical, s’était ainsi fait remarquer en février dernier, lorsqu’il s’était injecté un traitement expérimental contre l’herpès. Un autre employé de l’entreprise avait fait de même lors d’un événement similaire, avec un traitement expérimental contre le VIH.

Pour l’heure, les autorités enquêtent sur la mort d’Aaron Traywick, et n’ont pas encore fait de déclaration sur la cause du décès. Tristan Roberts, l’un des collègues de l’ancien CEO, a déclaré à Vice que « bien que de nombreux membres de la communauté du biohacking aient été en désaccord avec ses méthodes, aucun d’entre eux ne doutait de ses intentions ».

Partager sur les réseaux sociaux