Unistellar est une entreprise française qui affiche la plus belle des ambitions : mettre l'astronomie haut de gamme entre toutes les mains avec un télescope de nouvelle génération. Nous les avons rencontrés au CES.

Dans les allées de l’Eureka Park, zone dédiée à l’innovation balbutiante et aux jeunes pousses ambitieuses, rares sont les entreprises qui ont la tête dans les étoiles. Alors quand on s’approche de l’espace FrenchTech et qu’on aperçoit, tout devant, un télescope, on se dit d’abord qu’on s’est perdu et qu’une autre convention avait lieu au même endroit. Mais non, tout est bien réel : Unistellar est une startup française qui a pour ambition de faire rêver ses utilisateurs en leur ouvrant la porte de l’astronomie. C’est aussi une startup scientifique, portée par des docteurs dans différents domaines et qui a pour ambition de faire participer le grand public à la recherche.

Comment ?  Tout d’abord, il y a l’objet — eVscope. Sur le stand, Franck Marchis, Directeur scientifique d’Unistellar, astronome au SETI qui a notamment découvert les triples astéroïdes et grand amoureux de la diffusion du savoir scientifique nous reçoit pour nous présenter la bête. Il s’agit d’un télescope motorisé et connecté, plutôt compact pour ce qu’il est capable voir et de faire. Il suffit de l’allumer pour que la magie opère : connecté à une base de données de dizaines de millions de corps célestes, le télescope sait exactement ce que vous être en train de regarder. L’objet vous donne l’information sur la nature de votre observation et la distance de l’objet observé par rapport à la Terre.

Cela dit, ce n’est pas la principale innovation. Si vous avez déjà utilisé un télescope, vous devez savoir qu’à moins d’une bonne maîtrise de l’objet, la configuration est difficile et le résultat peut être décevant pour le béotien qui regarde pour la première fois dans une lentille. C’est ici qu’intervient la technologie inventée par Arnaud Malvache, docteur et chercheur au CNRS en techniques d’imagerie. Enhanced Vision, c’est son nom, est une technique d’amplification de la lumière par une série d’expositions courtes. En pratique, plus le télescope va rester pointé vers un astre ou une galaxie, plus l’image va être précise et colorée. Grâce à cette technique, le télescope est capable d’observer des galaxies ou des nébuleuses que même un modèle haut de gamme ne pourrait pas voir — jusqu’à 100 fois plus puissant qu’un télescope normal, estime l’entreprise.

L’autre avantage entre directement dans l’idée que la science doit être démocratisée : grâce à cette technique, le télescope n’a pas besoin d’un environnement d’observation parfait. Il est possible d’observer le ciel depuis Las Vegas ou depuis Paris, tant que la pollution lumineuse n’est pas directement dans le champ d’observation. C’est donc littéralement mettre l’astronomie à la portée de plusieurs millions d’urbains qui en ont été privés.

Au-delà du plaisir d’observer des galaxies, qui est l’un des plaisirs ultimes il faut le reconnaître, le télescope d’Unistellar est aussi un outil scientifique. Connecté, il a vocation à aider les scientifiques à observer le ciel. Quand un scientifique d’un laboratoire a besoin d’observer un phénomène spatial, il peut faire une requête à l’ensemble des télescopes Unistellar du monde. Si l’utilisateur accepte, les télescopes seront pointés à distance vers le phénomène à observer et les images seront envoyées directement au chercheur. En d’autres termes, avec eVscope, Unistellar pointe des yeux vers le ciel aux quatre coins de la planète. Un partenariat avec le SETI a d’ores et déjà été conclu.

Observations réelles avec eVscope

Sur Kickstarter, Unistellar a déjà levé plus de 2 millions de dollars et convaincu un peu moins de 2 000 personnes avec un télescope de nouvelle génération, vendu alors à partir de 1 000 dollars. La sortie du produit est prévue pour la fin de l’année.

Partager sur les réseaux sociaux