Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Le 7 juin, les énergies vertes produisaient plus de la moitié de l'électricité britannique

Pour la première fois, les énergies renouvelables ont permis de générer plus de la moitié de l'électricité produite au Royaume-Uni. Le record a été atteint le 7 juin 2017 à midi, alors que la météo était particulièrement favorable.

Un peu plus d'un mois après s'être passée d'électricité au charbon pendant vingt-quatre heures, la Grande-Bretagne vient à nouveau de s'illustrer en matière d'énergies renouvelables. Pour la première fois, plus de la moitié de la production d'électricité du pays a été générée par des sources d'énergie renouvelables.

La National Grid, gestionnaire du réseau de distribution britannique, a fait savoir le 7 juin 2017 aux alentours de midi que 50,7 % de l'énergie britannique avait été produite par ses éoliennes, ses panneaux solaires, ses installations hydroélectriques et ses granulés de bois.

Le gaz et le charbon supplantés

L'organisme a annoncé la nouvelle dans un tweet : « Pour la toute première fois ce midi le vent, le nucléaire et le solaire ont tous généré plus [d'énergie] que le gaz et le charbon combinés. »

https://twitter.com/NGControlRoom/status/872442511305953280

Si on ajoute les sources d'énergie nucléaire, 72,1 % d'électricité produite par le Royaume-Uni à 14 heures ce jour-là venait de sources à faible teneur en dioxyde de carbone. La météo n'est pas étrangère à ce record, précise la BBC, puisque le 7 juin à midi, le temps était à la fois venteux et ensoleillé.

En outre, à moment là, seulement 1 % de la consommation en électricité du pays a été satisfaite à partir des systèmes de stockage. Un jour avant, le 6 juin, un dixième de l'énergie du Royaume-Uni avait été produite par les parcs d'éoliennes.

La performance britannique prend une symbolique toute particulière à l'heure où, de l'autre côté de l'Atlantique, les États-Unis viennent d'annoncer leur retrait de l'accord de Paris.