Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

SpaceX s'apprête à réutiliser une fusée qui a déjà servi pour mettre un satellite sur orbite

SpaceX prévoit de réutiliser le premier étage d'une fusée qui a déjà servi pour mettre un satellite sur orbite. Le décollage est planifié le 17 juin.

Si SpaceX commence à bien maîtriser la récupération du premier étage des fusées que l'entreprise utilise pour mettre des satellites en orbite (en comptant le lancement survenu le 3 juin 2017, la société est parvenue à 11 reprises à ramener un lanceur sur Terre sans encombre, en le posant sur la terre ferme ou sur une barge positionnée au large), elle est moins habituée à les réemployer pour d'autres vols.

Pour l'instant, la compagnie fondée par Elon Musk n'a réutilisé le premier étage de sa fusée Falcon 9 qu'à une seule occasion : lors d'un décollage organisé le 30 mars aux États-Unis. À ce moment-là, on apprenait que cette partie du lanceur avait déjà été sollicitée en avril 2016 au cours d'une mission destinée à ravitailler la station spatiale internationale. La mission avait été un succès et l'étage correctement récupéré.

https://twitter.com/SpaceX/status/872455800177831936

Le 17 juin 2017 sera donc une date importante pour les ambitions de SpaceX, car le premier étage d'une fusée Falcon 9 déjà mobilisé pour une précédente mission -- en l'occurrence, celle qui a permis à la mi-janvier de placer en orbite une grappe de dix satellites Iridium Next -- va servir de nouveau pour une mise en orbite. À cette occasion, le satellite BulgariaSat-1 sera expédié dans l'espace.

Pour la petite histoire, BulgariaSat-1 aurait dû être positionné autour de la Terre en 2016 mais la destruction d'une fusée Falcon 9 sur le pas de tir a contraint SpaceX à bousculer son calendrier des missions. À l'époque, toutes les opérations de l'entreprise avaient dû être suspendues le temps de comprendre l'origine du problème, affectant pas moins de neuf missions qui avaient été planifiées.