Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Buzz Aldrin appelle la Nasa à se retirer de l'ISS pour se focaliser sur Mars

L'ancien astronaute américain Buzz Aldrin est catégorique : si la Nasa espère aller sur Mars, il va falloir qu'elle se retire de la station spatiale internationale, dont il juge les missions trop gourmandes financièrement.

Les premières missions de la Nasa sur Mars nous semblent encore lointaines -- et ce d'autant plus qu'elles pourraient encore être retardées. Néanmoins, les programmes menés actuellement dans l'espace pourraient pourtant avoir des conséquences sur les ambitions de l'humanité à l'égard de la planète rouge.

C'est en tout cas ce qu'affirme Buzz Aldrin, astronaute et ingénieur américain, qui fut le deuxième homme à marcher sur la Lune après Neil Armstrong. Selon lui, la Nasa doit se retirer de la station spatiale internationale si elle espère un jour visiter Mars. Et ce, sans plus tarder.

L'ISS, un gouffre financier

À l'occasion d'une conférence organisée à Washington DC le 9 mai 2017, l'ancien astronaute n'a laissé aucun doute quant à son avis sur la question. « Nous devons nous retirer de l'ISS le plus tôt possible, a déclaré Buzz Aldrin. Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre un coût de 3,5 milliards par an. »

L'ingénieur préconise plutôt que la Nasa continue ses activités de nature privée en orbite terrestre basse (Low Earth Orbit), c'est-à-dire la zone de l'orbite terrestre qui ne dépasse pas 2 000 kilomètres d'altitude -- et dans laquelle se trouve l'ISS. En effet, l'agence spatiale a déjà fait un pas dans cette évolution en déléguant des transports à destination et en provenance de l'ISS à des entreprises comme SpaceX, Orbital ATK et Boeing.

L'astronaute estime que ces entreprises devraient construire et exploiter leurs propres stations spatiales en orbite terrestre basse. Il conseille de partager la gestion du premier de ces avant-postes avec la Chine, qui espère être opérationnelle à l'horizon 2020.

La conquête de Mars n'a pas fini d'alimenter les fantasmes des êtres humains, et de passionner ceux d'entre eux qui ont dévoué leur vie à l'espace. Elle a même inspiré des étudiants, qui proposent de faire de la Lune une sorte de station service sur la route vers Mars.