Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Des géologues tentent de percer le mystère des volcans de glace de la planète Cérès

Des géologues et astronomes pensent avoir découvert l'origine de la disparition de nombreux volcans de glace sur la planète naine Cérès. Un seul subsiste encore aujourd'hui.

En 2015, la Nasa découvrait Ahuna Mons, un volcan de glace (ou cryovolcan) de 4 km sur la surface de la planète naine Cérès. Deux ans plus tard, une équipe de géologues et astronomes de l'université de l'Arizona affirme qu'on trouvait plusieurs de ces merveilles géologiques sur la planète il y a des centaines de millions d'années.

Ces volcans de glace se seraient effondrés au fil du temps et sont aujourd'hui difficilement reconnaissables, comme l'explique Michael Sori, le responsable de l'étude : « Il y a une sorte de processus qui soit les a détruits totalement, soit les a modifiés de manière que leur morphologie n'était plus identifiable. Peut-être sont-ils encore là et sommes-nous capables de les trouver, mais nous devrions chercher un type de forme différente. »

La théorie de la décontraction visqueuse

Pour le moment, les autres cryovolcans découverts par des scientifiques se trouvent sur Pluton, Triton, Europa, Ganymède, Titan, Encelade, Miranda. Ce type de volcan atypique éjecte un « cryomagma » composé de substances volatiles, comme par exemple du gaz méthane, de l'eau, du dioxyde de carbone et de l'ammoniaque, qui, ensuite, se déposent et se solidifient sur la surface de la planète.

Cérès, en tant que planète sans atmosphère, ne connaît pas d'événements météorologiques comme le vent, la pluie ou la neige, qui peuvent éroder la morphologie de la surface. Ainsi, les scientifiques ont théorisé l'existence d'un phénomène nommé « décontraction visqueuse ». Celui-ci suppose que des formes solides, y compris des rochers glacés ont tendance à s'écouler progressivement au fil du temps.

L'équipe de géologues a ainsi réalisé un modèle numérique pour calculer le niveau d'eau nécessaire dans la composition du volcan pour qu'il puisse être affecté par une décontraction visqueuse. Le pourcentage minimum d'eau doit être au moins de 40 %. Avec ce genre de composition, le cryovolcan devrait s'écrouler de 10 à 50 mètres par million d'années, selon Sori.

Le scientifique explique : « Ahuna Mons a environ 200 millions d'années. Il n'a pas eu de temps pour se déformer. [...] Mais les autres cryovolcans sont plus anciens et peut-être ont-ils ont eu du temps de le faire. » Ainsi, Sori est sûr de trouver d'autres volcans de glace sur la surface de la planète : « Il y a encore beaucoup de choses à comprendre sur le cryovolcanisme donc je pense que ce sujet sera très étudié dans les décennies à venir. »

http://www.numerama.com/sciences/229185-la-nasa-etudie-des-jumeaux-astronautes-pour-comprendre-limpact-du-voyage-spatial-sur-lorganisme.html