Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Un club de rugby utilise une IA pour dénicher ses futures stars

Le club de rugby britannique London Irish a recruté une entreprise spécialisée dans l'intelligence artificielle pour repérer les futurs grands noms de la discipline grâce à cette technologie innovante.

Basket, foot, hockey, rugby... en sport, toutes disciplines confondues, les équipes sont toujours à la recherche de la perle rare, ces joueurs encore inconnus, payés à un salaire de débutant, qui deviendront peut-être les futures stars de la ligue.

Si l'instinct a toujours servi de moteur principal pour parier sur ces sportifs anonymes, le club de rugby London Irish a décidé de s'essayer à une nouvelle technique. L'équipe a recruté Asi Data Science, une entreprise britannique spécialisée dans l'intelligence artificielle -- qui a bénéficié du soutien financier de Jaan Tallin, l'un des concepteurs de Skype -- pour simplifier son travail.

Les scouts, qui visionnent des heures de match et observent également les joueurs en personne, espèrent ainsi pouvoir découvrir les futures pépites du rugby avant tout le monde en entrant simplement le nom d'une star dans le logiciel.

Les statistiques -- comme le nombre de mètres parcourus pendant un match -- compilées par l'intelligence artificielle lui permettent alors de trouver des joueurs aux caractéristiques similaires. Le logiciel se base sur 100 critères différents, tirés de la base de données mondiale Opta, pour faire sa sélection. Les scouts n'ont plus qu'à étudier ces résultats pour prendre leur décision.

Le club londonien s'est refusé à dire s'il avait déjà recruté des joueurs grâce à cet outil, mais il a admis avoir repéré des talents méconnus quelques semaines avant leur montée en puissance.

Si le rugby constitue le terrain d'expérimentation idéal grâce à la limitation assez stricte des masses salariales imposée à ses équipes, le patron d'Asi, Marc Warner, affirme que le football et le criquet pourraient aussi tirer profit de cette technologie.