Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Disney+ a censuré des scènes « violentes » de Falcon et le Soldat de l'hiver

Certaines séquences de la série Falcon et le Soldat de l'hiver, jugées violentes par Disney, ont été censurées. L'entreprise parle d'un « bug » lié au contrôle parental. 

La série Falcon et le Soldat de l'hiver, diffusée à partir de mars 2021 en exclusivité sur Disney+, n'est plus tout à fait la même. Dans ce tweet publié le 30 mars par The Direct, on peut constater qu'une scène de l'épisode 3 a été censurée : alors que du sang apparaissait d'abord à l'écran, il a été effacé (à 35:27). 

https://twitter.com/MCU_Direct/status/1508936124886142985

Dans cette vidéo diffusée sur YouTube, on remarque qu'une autre séquence de l'épisode 3 a été modifiée : Bucky utilise un tuyau pour se défendre, et le tuyau en question ne s'enfonce plus dans l'épaule de son adversaire (à 37:45). Numerama a revu les portions en question et confirme ces modifications. 

https://www.youtube.com/watch?v=L8hTQFEPCV4

Disney aurait décidé de réduire un peu la violence graphique aperçue dans Falcon et le Soldat de l'hiverSelon Polygon, ces changements pourraient être liés au contrôle parental, révisé en raison de l'apparition des séries Marvel initialement diffusées sur Netflix (elles sont plus violentes que celles de Disney+). Sur la plateforme de SVOD, Falcon et le Soldat de l'hiver est considéré comme un programme pour les 12 ans et plus. Numerama a contacté l'entreprise pour avoir plus de précisions. 

D'après des sources proches de The Direct, il s'agirait d'un bug — mais un bug capable d'effacer des éléments et les remplacer par d'autres, cela semble étrange. Selon un journaliste du Hollywood Reporter, citant des « sources solides », il s'agirait bien d'une erreur : un fichier aurait été mis en ligne plutôt qu'un autre. Disney travaillerait sur le problème pour réintégré la version précédente, non censurée.

Ce n'est pas la première fois que Disney+ censure du contenu : la plateforme l'avait par exemple fait à son lancement, pour cacher les fesses d'une actrice dans un film culte.

La drôle de censure de Disney+

Cette censure soudaine n'est pas forcément une bonne nouvelle, dans le sens où elle pourrait brider la liberté créative des réalisatrices et réalisateurs chargés de remplir le Marvel Cinematic Universe. D'autant plus que les films et séries centrés sur les super-héros Marvel ne sont pas connus pour leur violence outrancière. Au contraire, les programmes sont pensés pour être le plus grand public possible, afin de réunir un maximum de monde devant un écran. Ce sont les longs métrages estampillés DC Comics qui ont tendance à être bien plus sombres. 

On se pose dès lors des questions concernant certains projets à venir, comme Blade, le blockbuster qui sera centré sur un personnage mi-homme mi-vampire (où le sang devrait donc couler à flot). On espère que Disney+ n'ira pas trop loin dans l'édulcoration du ton, sans quoi on pourrait perdre en puissance visuelle (le premier film Blade démarre littéralement par une... douche de sang). Si Disney souhaite faire du Marvel Cinematic Universe un empire du divertissement varié, alors il devra forcément y avoir des œuvres destinés à un public plus adulte. 

Tu penses vraiment que notre série est trop violente ? // Source : Disney+

En prime, la censure peut parfois s'avérer ridicule. Dans la séquence du tuyau de Falcon and the Winter Soldier, la crédibilité est remise en question : au vu de la force avec laquelle le tuyau est lancé, il est censé s'enfoncer dans l'épaule. L'audio n'a d'ailleurs pas été modifié : on entend le tuyau entrer dans le corps de la victime, mais on ne le voit pas à l'écran. 

Disney+ comporte une section réunissant des contenus plus matures : Star. Peut-être la plateforme devrait-elle revoir la manière dont les films et séries sont rangés pour mieux sensibiliser les spectatrices et spectateurs, plutôt que d'éliminer trois gouttes de sang.