Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

West Side Story : pourquoi Spielberg ne veut pas sous-titrer les dialogues espagnols

En version originale, dans le West Side Story de Steven Spielberg, on entend à la fois de l'anglais et de l'espagnol. Le réalisateur n'a pas voulu que les dialogues en espagnol soient sous-titrés en anglais, afin de donner toute sa place à la langue espagnole.

La version de West Side Story par Steven Spielberg est au cinéma ce mois de décembre 2021. La comédie musicale raconte -- comme à Broadway en 1957 et au cinéma en 1961, mais avec un regard renouvelé -- l'histoire d'amour entre deux adolescents, Maria et Tony. Mais dans le New York des années 1950, leurs origines différentes, de deux clans rivaux, vont mettre à mal leur amour. On trouve, dans ce nouveau West Side Story, Rachel Zegler dans le rôle de Maria et Ansel Elgort en Tony.

Si cette nouvelle version diffère de celle des années 1960 en de nombreux aspects dans le tableau d'ensemble, elle a aussi une petite particularité : les moments en espagnol ne sont pas sous-titrés. C'est un choix volontaire du réalisateur Steven Spielberg, qui s'en explique dans une interview au magazine IGN.

Ne pas donner « à l'anglais le pouvoir sur l'espagnol »

Pour Steven Spielberg, il s'agissait en faire tout bonnement de montrer du respect envers la langue espagnole. Le réalisateur voulait aller au bout des choses, en ayant déjà engagé un casting d'acteurs et d'actrices d'origine latine pour interpréter le clan des Sharks. Ce n'était pas le cas dans le film de 1961, où des personnes blanches interprétaient des personnages latinos.

Il a imposé cet objectif à Cindy Tolan, directrice des auditions : « Je n'allais pas prendre en compte les auditions de celles et deux qui n'ont pas des parents ou des grands-parents ou eux-mêmes originaires de pays latino-américains. En particulier Porto Rico : nous avons beaucoup cherché à Porto Rico, nous avons 20 interprètes dans notre film qui viennent de Porto Rico ou qui sont Nuyorican. »

Pour Steven Spielberg, cette inclusivité dans le casting est parallèle à son idée de ne pas sous-titrer en anglais la langue espagnole. « Si j'avais sous-titré l'espagnol, j'aurais simplement doublé la présence de la langue anglaise, et donné à l'anglais le pouvoir sur l'espagnol. Cela n'allait pas se produire dans ce film, je devais respecter suffisamment la langue [espagnole] pour ne pas la sous-titrer », affirme le réalisateur.