Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

E3 : le jeu Marvel's Guardians of Galaxy de Square Enix ne donne vraiment pas envie

Pendant sa conférence E3 2021, Square Enix a dévoilé son jeu vidéo Marvel's Guardians of Galaxy. Un jeu sur plusieurs gardiens, mais où l'on ne joue... que Star-Lord.

Square Enix fait partie des éditeurs qui organisaient une conférence à l'occasion de l'E3 2021 -- rendez-vous très important pour le marché du jeu vidéo. Son show baptisé Square Enix Presents a été diffusé dimanche 13 juin, à 21h15, heure française. Il a débuté par la présentation d'un titre inédit : Marvel's Guardians of Galaxy. Comme son nom l'indique, il s'agit d'une adaptation du comics Les Gardiens de la Galaxy, qui s'est fait connaître auprès du grand public grâce aux deux films éponymes (intégrés au Marvel Cinematic Universe).

Square Enix a quand même dédié près de 20 minutes à Marvel's Guardians of GalaxyUne preuve qu'il s'agit d'un gros projet pour la firme japonaise, qui s'était déjà immiscée dans l'univers des super-héros avec Marvel's Avengers (qui n'a pas eu le succès attendu). Le fait est que, pendant ces 20 minutes, on n'a jamais été ébloui une seule seconde. Le potentiel sympathie est là -- merci le ton décomplexé des Gardiens -- mais la promesse semble reposer sur un gameplay quelconque, voire bancal.

https://www.youtube.com/watch?v=f-jFYYMkJh4

Ce qui cloche avec Marvel's Guardian of Galaxy

On aurait pu penser que Marvel's Guardians of Galaxy se baserait sur une expérience jouable à plusieurs, en coopération (il y a cinq héros). Mais le studio Eidos-Montréal a fait l'étrange choix de proposer un « gameplay solo grisant » pour sauver l'univers. La joueuse ou le joueur se contentera alors d'enfiler le costume de Star-Lord et de donner des ordres aux autres Gardiens. C'est là où le bât blesse : le rythme des affrontements a l'air constamment haché par ces pauses forcées pour faire intervenir nos coéquipiers. On notera aussi que les ennemis semblent avoir une barre de vie interminable, ce qui ne devrait pas rendre les combats aussi grisants et dynamiques que Square Enix le promet.

Le gameplay de Marvel's Guardians of Galaxy intègrera aussi des dialogues où Star-Lord devra trancher, jusqu'à se mettre à dos certains Guardiens. De quoi promettre quelques moments savoureux, en espérant que les blagues ne tombent pas trop vite à plat à force de les enchaîner. A priori, assurer un humour renouvelé sur un jeu vidéo de plusieurs heures est plus compliqué que sur un film à la durée moindre.

À l'instar de Marvel's Avengers, Marvel's Guardians of Galaxy risque de faire parler de lui pour sa direction artistique. Les héros ne sont pas les mêmes que ceux aperçus dans les films et le rendu est parfois d'un goût discutable : Star-Lord, Raccoon et Gamora sont globalement réussis, mais Drax, trop chétif, et Groot, plus effrayant, font un peu peine à voir. Surtout, la bande-annonce de gameplay laissait transparaître quelques soucis techniques peu attrayants pour un titre censé sortir le 26 octobre 2021 sur PS5, PS4, Xbox Series X|S, Xbox One et PC. En somme, Marvel's Guardians of Galaxy ne pourra même pas compter sur ses graphismes pour compenser.

La seule embellie qu'on entraperçoit pour Marvel's Guardians of Galaxy concerne son refus de s'enfermer dans une structure jeu-service (jeu où le contenu est régulièrement mis à jour, comme Fortnite par exemple). C'est ce point qui a condamné Marvel's Avengers, dont la campagne solo constitue finalement son meilleur argument. C'est tout le paradoxe de Marvel's Guardians of Galaxy : alors que l'univers se prête bien à un gameplay à plusieurs, c'est peut-être en se concentrant sur un seul personnage qu'il trouvera son salut. En attendant, on ressort de la présentation avec l'impression d'avoir pris, au mieux, une douche tiède et ce sentiment que l'association Square Enix/Marvel a, pour l'heure, du mal à faire rêver.