Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Aux douze vents du monde : ce recueil rappelle toute l'humanité d'Ursula Le Guin

Le recueil « Au douze vents du monde » rassemble 17 nouvelles d'Ursula K. Le Guin.

L'écrivaine américaine Ursula Le Guin a marqué la littérature de l'imaginaire, avec des romans et cycles cultes : Terremer, Les dépossédés, La main gauche de la nuit. Récemment, les éditions du Bélial' ont réédité le recueil Aux douze vents du monde, comprenant 17 nouvelles, parmi les plus connues de l'autrice. Le recueil est maintenant disponible chez Le livre de poche. La direction de l'ouvrage est assurée par Pierre-Paul Duranstanti.

L'ouvrage, d'une grande richesse, vous fera parcourir des mondes fantastiques, de fantasy ou de science-fiction ; parfois à cheval entre les genres. Un certain nombre de nouvelles s'inscrivent dans les cycles réputés d'Ursula Le Guin, ou les préfigurent, mais il n'est pas nécessaire de les avoir déjà lus pour comprendre le contexte et le récit.

L'humain au centre de tout

S'il fallait un totem pour symboliser tout ce qui fait la plume d'Ursula Le Guin, ce recueil serait peut-être le candidat parfait. De nouvelle en nouvelle, l'autrice imagine des tableaux permettant d'introduire une multitude de personnages, qui sont autant de facettes de ce que nous sommes.

Il s'agit bien là de l'essence des œuvres d'Ursula Le Guin. L'imaginaire est sous sa plume une façon de sortir du réel contemporain, de se débarrasser des structures biaisant nos points de vue, pour se concentrer sur l'humain : lorsque nous changeons les règles du jeu de notre monde, que sommes-nous vraiment ou possiblement  ? L'autrice fait preuve d'un immense talent imaginatif en créant des récits colorés, originaux, et remplis de détails mais ces éléments ne sont finalement là que pour mettre en valeur des questionnements fondamentaux, centrés sur les êtres humains.

Dans Neuf existences, par exemple, Ursula Le Guin nous parle d'une entité humaine décuplée sous forme de clones. Malgré la grande précision de l'autrice dans ses descriptions, ne vous attendez pas à un propos technologique jargonneux détaillant réellement l'existence des clones comme dans de la Hard SF ou du cyberpunk. À travers les personnages mobilisés avec ce point de départ, on découvre rapidement qu'il s'agit en réalité d'un récit dédié à l'identité et aux relations humaines, notamment l'amitié. Et il en va ainsi dans presque chaque nouvelle : Ursula Le Guin s'intéresse à nos sentiments, nos bonheurs, nos malheurs, nos tourments... et nos contraintes sociales, puisque, comme toujours, l'autrice excelle dans son approche féministe du genre et de l'altérité.

Contes, histoires du futur, et psychomythes

Les nouvelles parsemant Aux douze vents du monde sont à la fois des contes et des expériences sociales de pensée -- à l'image de tout ce qu'a pu faire Ursula Le Guin.

Dans un recueil qui rassemble 17 textes publiés au fil de nombreuses années, cela se traduit toutefois par une immense diversité de ton. Certaines nouvelles ont une teinte quasi réaliste, et semblent provenir d'une histoire du futur ou d'une réalité parallèle ; d'autres sont plus éthérées, d'ailleurs décrites par l'autrice comme des « psychomythes », des sortes de fables surréalistes « hors du temps et de l'histoire ».

La plume d'Ursula Le Guin, s'il faut encore le préciser aujourd'hui, est d'une beauté et d'une finesse qui rappelle pourquoi ses œuvres ont marqué la littérature. Ce n'est pas pour autant que ce recueil est facile. Certains textes sont simples et fluides ; d'autres plus exigeants et complexes ; et quelques-uns pourront très possiblement vous laisser de marbre, nécessiter une relecture ou rester une obscure bizarrerie.

On appréciera une particularité de ce recueil : l'autrice commente chacune des nouvelles avec une préface systématique. Cela en fait un ouvrage quasi autobiographique lorsque, par exemple, Ursula Le Guin raconte que La boite de l'ombre provient d'un moment particulier vécu avec sa fille. D'autres fois, les introductions éclairent l'approche littéraire de l'autrice, si ce n'est sa vision sociopolitique.

Ce recueil constitue presque une synthèse des différents regards qu'Ursula Le Guin porte sur le monde. Une pluralité qui reste grandement cohérente, car structurée par toute l'humanité qui caractérise l'autrice.

Les liens Fnac de cet article sont affiliés : si vous trouvez votre bonheur grâce à nous, nous touchons une petite commission. Les liens affiliés dans les articles n’ont aucun impact sur les choix éditoriaux de la rédaction de Numerama et l’angle des articles. On vous explique tout ici.