Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Jekyll vs Hyde : l’asymétrie donne tout son sel à ce jeu de plis

Tout le monde connaît le dédoublement de la personnalité au cœur du roman de R.L. Stevenson. Et si cette lutte entre deux facettes d’une même personne se traduisait en un jeu de société ?

Nuit après nuit, la double personnalité de Jekyll prend le dessus, pour inéluctablement le transformer en ce monstrueux Mister Hyde. Un contexte idéal pour un jeu asymétrique à deux joueurs.

Jekyll vs Hyde est un jeu de plis, comme le tarot ou la belote, mais destiné exclusivement à être pratiqué à deux. Le matériel est donc, assez logiquement, essentiellement composé de cartes : sept, de valeurs 1 à 7, dans chacune des trois couleurs rouge, violet et vert, et quatre potions.

L’un des joueurs y incarne le docteur Jekyll, l’autre M. Hyde. Chacun reçoit dix cartes au début de chacune des trois manches. À chaque tour, les joueurs jouent une carte de leur main, le premier imposant la couleur à l’autre. L’un d’eux remporte le pli, puis on passe au tour suivant, jusqu’à avoir joué toutes les cartes. Et c’est là qu’intervient la mécanique la plus réussie du jeu.

En effet, la boîte contient également un petit plateau composé de onze cases. En début de partie, le pion double personnalité est du côté de Jekyll. Si Hyde parvient à l’amener à l’opposé, il remporte la partie. Dans le cas contraire, c’est le docteur qui l’emporte à la fin de la troisième et dernière manche.

À la fin de chaque manche donc, le pion avance d’autant de cases que la différence entre le joueur ayant remporté le plus de plis et son adversaire… et cela qu’il s’agisse de Jekyll ou du monstre. Ainsi, le but du docteur est de rester à l’équilibre, tout l’inverse de sa facette maléfique.

Enfin, contrairement à un jeu de plis classique, ce n’est pas forcément la carte de plus forte valeur qui remporte le pli. Si les deux cartes sont de couleur identique, le chiffre le plus haut gagne le pli. En revanche, si elles sont de couleur différente, c’est cette dernière qui détermine le gagnant du pli. La hiérarchie des couleurs se fait en cours de manche : la première couleur jouée est la plus faible, la deuxième est intermédiaire, et la dernière couleur jouée devient la plus forte.

Mais les cartes de potions viennent chambouler toute cette belle mécanique avec des effets spéciaux qui s’appliquent immédiatement : vol d’un pli adverse, échange de cartes, ou réinitialisation de la hiérarchie des couleurs. À jouer avec précaution donc, et au bon moment.

Pourquoi jouer à Jekyll vs Hyde ?

Alors que les jeux de plis, ou de cartes en général, présentent habituellement une esthétique des plus quelconques, celle mise en œuvre dans Jekyll vs Hyde détone immédiatement : tout est vraiment magnifique. Les cartes, le plateau, le superbe pion en métal, avec un visage de chaque côté, ou encore les couleurs, rappelant les affiches des classiques de la Hammer.

Mais, soyons honnêtes, cela ne suffit pas à installer l’ambiance mystérieuse et étrange du roman. Il n’empêche qu’il faut souligner la parfaite adéquation entre les mécaniques et le thème. Avec un simple jeu de plis, l’auteur a réussi à retranscrire la lutte interne du docteur contre son alter ego. Quand le premier doit essayer de rester à l’équilibre dans le nombre de plis de chaque joueur, le maléfique M. Hyde doit au contraire tout faire pour creuser la différence. C’est cette asymétrie qui donne tout son sel au jeu. Mais, aussi bon soit-il, si vous n’aimez pas les jeux de plis, celui-ci ne vous fera pas changer d’avis.

Comme les autres du genre, il faut un peu de mémoire pour se souvenir des valeurs déjà jouées. Mais les cartes étant peu nombreuses, c’est nettement plus simple que d’habitude. De l’incertitude a également été ajoutée, puisque toutes les cartes ne sont pas distribuées à chaque manche. Enfin, il faudra faire preuve de bluff et d’audace pour espérer l’emporter. D’un peu de chance aussi, surtout si vous incarnez Jekyll, rôle qui nous a paru un peu plus difficile à jouer.

Un très beau matériel, un thème qui colle à la mécanique, des règles simples, des parties tendues, un principe malin. Et surtout une façon différente de jouer selon que l’on incarne l’une ou l’autre facette du docteur. Tout cela mis bout à bout fait de Jekyll vs Hyde un excellent jeu pour deux joueurs, dans la veine du classique Mr. Jack !

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.