Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Les âmes de Soul sur Disney+ ont failli ne pas ressembler à ça

Le tout nouveau dessin animé sorti sur Disney+ est une magnifique plongée dans les tourments existentiels, qui est accessible aux petits comme aux grands. Mais comment représenter une âme ? Le Wall Street Journal a mis la main sur les premiers croquis, qui montrent les nombreuses itérations des dessinateurs de l'équipe créative de Pixar.

« Dessine-moi une âme » aurait pu être la maxime des scénaristes de Soul lorsqu'ils se sont adressés à l'équipe de Pixar en charge d'adapter leur histoire en images mouvantes. Le dessin animé de Pixar, sorti le 25 décembre 2020 en exclusivité sur la plateforme Disney+ à cause de la pandémie de coronavirus, est une superbe exploration du sens de la vie, qui a demandé au studio d'animation de faire preuve de beaucoup d'imagination.

C'est cette exploration créative qu'a dévoilée le Wall Street Journal dans un article captivant publié le 23 décembre 2020 : en plus d'interviewer certaines artistes qui ont travaillé sur Soul, nos confrères américains ont eu accès à leurs premières itérations, montrant à quoi auraient pu ressembler les petits personnages qui représentent les âmes.

Dans ce film d'animation, l'âme du héros Joe Gardner essaie de rejoindre son corps : elle est coincée au You Seminar, une zone spéciale où sont fabriquées les jeunes âmes avant qu'elles ne rejoignent un corps sur Terre. Mais pour avoir le droit d'être envoyées dans notre monde, elles doivent d'abord être « complètes » en découvrant leur étincelle, ce qui leur donne la passion de vivre.

Comment représenter un concept invisible ?

Pour représenter les âmes, explique le Wall Street Journal, les artistes ont d'abord pensé à des fantômes, puis ont cherché à s'en éloigner afin de ne pas trop perdre le public. Ils ont alors développé des êtres flous, des sortes de nuages, vu que le concept est le plus souvent considéré comme invisible, notamment par de nombreuses religions. Cependant, il est difficile de rendre « vivants » des êtres brumeux, surtout lorsqu'il s'agit d'un film qui doit être accessible pour des enfants, où les personnages doivent disposer d'expressions claires et faciles à identifier.

« Au final, on a fait une espèce de grande boucle : ils sont bien des sortes de fantômes. Ce sont juste des fantômes qui n'ont pas encore vécu », a expliqué Peter Docter, le directeur créatif des studios Pixar Animation. C'est ainsi que l'équipe est finalement arrivée à des petits bonhommes bleus, avec des grands yeux et des formes qui ressemblent aux corps des vivants.

L'article du Wall Street Journal explique également comment l'équipe créative de Pixar a réussi à illustrer d'autres grands concepts, comme les Forces de l'Univers représentées sous forme de lignes malléables : foncez le lire (en anglais) pour découvrir encore plus de secrets de fabrication.