Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Surprise : l'adaptation de Fallout Shelter en jeu de plateau est excellente

Le superviseur de votre abri est mort (on préfère ne pas savoir comment). Lequel des officiers apportera le plus de bonheur aux résidents pour gagner les élections et prendre sa place ?

Après une sortie initiale sur smartphone, Fallout Shelter est apparu sur la plupart des plateformes… même sur l’ordinateur de bord des voitures Tesla ! Et voilà qu’arrive une adaptation en jeu de société de ce free-to-play post-apocalyptique. Que vaut donc cette transition du numérique vers le physique ?

En début de partie, l’abri est uniquement composé d’un rez-de-chaussée, pourvu de six salles, et d’un étage sous-terrain totalement vide pour chaque joueur. Ces derniers disposent de deux résidents… et c’est tout.

Un tour de jeu est très simple et rapide, puisqu’il consiste simplement à placer un de ses habitants encore disponibles sur l’un des emplacements libres d’une salle. Puis de réaliser l’action correspondante : récupérer des ressources (énergie, nourriture ou eau), chercher un objet (armes, armure, etc.), entrainer un résident pour accomplir une action améliorée au prochain tour, construire une salle (en dépensant les ressources nécessaires), gagner un nouveau résident, etc. Cette mécanique s’appelle « le placement d’ouvriers ».

Chaque nouvelle salle construite s’ajoute à votre étage, offre de nouvelles possibilités, et surtout rapporte deux points de bonheur. C’est le but du jeu : dès qu’un joueur construit sa sixième salle, la partie s’arrête et le joueur ayant apporté le plus de bonheur à ses résidents l’emporte. D’autres sources de bonheur apparaissent à mesure que le jeu avance.

La partie s’arrête également si la pile des cartes menaces est vidée. En effet, à chaque début de manche, une menace peut potentiellement attaquer chaque étage de l’abri. Il s’agit de monstres ou de pillards pour la plupart. Tant qu’une menace occupe un emplacement, on ne peut plus réaliser l’action correspondante. Il faut s’en débarrasser en la combattant, en s’aidant d’armes récupérées précédemment.

Lorsque tous les joueurs ont placé leurs résidents, chacun récupère les siens, et une nouvelle manche commence, jusqu’à ce qu’une condition de fin se réalise.

Pourquoi jouer à Fallout Shelter ?

Fallout Shelter, le jeu de société, est une adaptation très réussie du jeu vidéo originel. Évidemment, l’aspect addictif, propre à la plupart des free-to-play, est absent… tout comme la tentation de céder à quelques microtransactions.

La boîte indique 14 ans pour pouvoir y jouer. Les règles sont pourtant suffisamment abordables pour l’envisager bien avant, vers 10 ans. En cela, ses sensations sont très proches de Little Town. Comme lui, Fallout Shelter est un candidat idéal pour s’initier à la mécanique de placement d’ouvriers, grâce à des tours de jeu dynamiques et une iconographie claire. Avec une complexité légèrement plus élevée.

Alors que le jeu d’origine est déjà relativement simple, l’adaptation en jeu de plateau est encore plus épurée. On se concentre ainsi uniquement sur la gestion à l’échelle micro, les habitants de l’abri, occultant celle à l’échelle macro, les différentes salles étant uniquement des « réceptacles » pour accueillir vos résidents et réaliser les actions correspondantes. On gagne en simplicité ce qu’on perd en possibilité, mais c’est très bien ainsi : un jeu agréable à jouer plutôt qu’une usine à gaz potentielle.

On regrette tout de même l’absence de la possibilité d’envoyer ses habitants en exploration à l’extérieur de l’abri. Dans une future extension peut-être. Là encore, cette simplification permet au jeu de rester très accessible à un large public.

L’interaction entre les joueurs est indirecte. On ne peut jamais embêter un adversaire en allant saboter une de ses salles par exemple, en blessant un de ses résidents ou en lui volant une ressource. Par contre, on se place sur un emplacement ou on construit la salle qu’il convoitait avant lui, lui faisant perdre du temps dans ses plans.

Le hasard est bien présent, que ce soit dans le tirage des cartes et surtout les jets de dés lors des combats contre les menaces ou le placement de celles-ci dans l’abri.

Là où Fallout Shelter ne lésine pas, c’est sur son matériel. Que ce soient les adorables petites figurines toutes différentes, les plateaux individuels épais dans lesquels glissent les cubes de ressources, les cartes transparentes en plastique des menaces, et bien évidemment les illustrations issues du jeu vidéo. Le tout dans une boîte en métal embossée (façon boîte à biscuits), à la taille réduite et bien remplie.

Fallout Shelter ne parviendra pas à contenter les amateurs de grosse stratégie. Il est par contre parfaitement adapté à un public familial, grâce à ses règles simples, ses tours dynamiques, ses parties relativement rapides (sauf à quatre joueurs, où elles ont tendance à durer), et son très chouette matériel. Un excellent titre pour s’initier à la mécanique de placement d’ouvriers, avant d’éventuellement enchaîner sur quelque chose de plus costaud. Si vous avez aimé la version numérique, cette adaptation devrait vraiment vous plaire. Mais nul besoin de connaitre le jeu originel ou même son univers pour apprécier cette version jeu de plateau. On n’en attendait pas moins de cet éditeur qui sait définitivement prendre soin de ses licences.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.