Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test de Destroy All Humans! sur PS4 Pro : un remake drôle aux mécaniques datées

Sorti en 2005 sur PS2 et Xbox, Destroy All Humans! bénéficie d'un remake sur PS4, Xbox One et PC à l'occasion de ses quinze ans. Old-school mais drôle.

THQ Nordic, qui a récupéré nombre de licences imaginées par feu THQ (jusqu'à reprendre son nom), a commandé un remake de Destroy All Humans! au studio allemand Black Forest Games. Il ne s'agit pas d'une simple remasterisation, puisque les développeurs n'ont quasiment rien repris du jeu original (les dialogues ont été conservés). Ce choix rappelle celui d'Activision pour la trilogie Crash Bandicoot, remise au goût du jour avec brio.

Sorti initialement en 2005 sur PlayStation 2 et Xbox, Destroy All Humans! nous met dans la peau d'un extraterrestre chargé de conquérir la Terre pour faire perdurer son espèce (en récupérant de l'ADN). Ce point de départ qui fait froid dans le dos cache en réalité un ton loufoque qui peut faire arracher quelques sourires.

Mars Attacks!

Disponibilité

Destroy All Humans! revient sur PS4, Xbox One et PC à compter du 28 juillet.

Cryptosporidium 137, alias Crypto, atterrit sur Terre avec une mission claire en tête : récupérer un maximum d'ADN pour aider à la reproduction de ses congénères, dépourvus d'organes génitaux depuis des millénaires (ils doivent passer par le clonage). Le voilà aux États-Unis à la fin des années 50, alors que Cryptosporidium 136, son prédécesseur également appelé Roswell, s'est fait capturer. Le héros galactique, qui n'a rien d'un héros si l'on se place du côté des humains, va être confronté à une agence créée pour repousser les extraterrestres. Sous-estimant les habitants de la planète Terre, il s'attendait à un combat plus facile.

Destroy All Humans! n'est jamais à prendre au sérieux. Le scénario joue la carte de l'autodérision, avec un humour piquant qui transforme l'expérience en vaste farce. En prime, le jeu vidéo n'hésite jamais à forcer les traits (les Américains sont persuadés que la menace vient de la Russie), avec des personnages ultra caricaturaux et des situations abracadabrantes. On pense beaucoup au film Mars Attacks!, parodie réalisée par Tim Burton en 1996. Globalement, Destroy All Humans! repose sur l'envie de rendre hommage aux films de série B. Avec sa personnalité irrévérencieuse, Crypto occupe le rôle du méchant que l'on prend plaisir à incarner.

Black Forest Games est donc reparti de zéro pour offrir un visage flambant neuf à Destroy All Humans!. En résulte un jeu beaucoup plus joli qu'en 2005 (ouf), mais loin des standards de 2020 -- exception faite de quelques effets visuels bien sentis. La motion capture employée pour améliorer les animations rend l'univers plus crédible et les gags plus drôles (exemple : quand on électrocute nos victimes). On déplore par ailleurs quelques bugs liés à la physique et un moteur de destruction aléatoire quand on éradique ce qui est au sol depuis sa soucoupe volante.

Il faut tout détruire (ou presque)

Destroy All Humans! n'a rien de profondément subtil ni de très moderne. Le titre se compose d'une vingtaine de missions -- dont une inédite -- réparties dans quelques décors que l'on découvre au fur et à mesure. Les environnements peuvent s'avérer répétitifs, tout comme les objectifs qui consistent très souvent à tout détruire. Parfois, Crypto doit se montrer un peu plus discret pour parvenir à ses fins. Ces phases apportent un peu de variété au gameplay très agréable quand l'extraterrestre est sur ses deux pieds. Par rapport à l'original, on bénéficie de quelques améliorations bienvenues (exemple : le ciblage).

Crypto dispose de divers moyens pour s'adonner à sa plus grande passion : éradiquer des humains qui n'ont pas vraiment les armes pour riposter (sauf les membres de la fameuse agence secrète). Outre son arsenal ultra technologique, il peut utiliser la télékinésie pour tout faire valser -- y compris des pauvres vaches. Mieux, il a la possibilité de faire exploser la boîte crânienne de ses victimes pour extraire leur cerveau. Destroy All Humans! est un jeu violent, mais il l'assume à 100 %, en totale adéquation avec l'histoire qu'il met en place.

À noter que Destroy All Humans! s'inspire de GTA par son intégration d'un niveau d'alerte qui augmente en fonction des agissements de Crypto. Comprendre : plus il tue et détruit, plus il y aura de renforts à affronter. Il peut également la jouer plus finement, en prenant l'apparence des autochtones pour mieux se faufiler dans la foule ou en leur donnant des ordres à distance. À l'inverse, la discrétion n'est plus du tout de mise quand Crypto monte dans son vaisseau pour passer en mode totale destruction. Heureusement que ces phases sont rares, car le pilotage n'a rien d'évident.

Entre chaque niveau, Crypto fait évoluer son équipement et sa soucoupe pour se faciliter la tâche. Il a également la possibilité de revenir à l'envi dans les différentes zones afin de prendre part à des défis optionnels. Il s'agit d'une excellente manière de booster la durée de vie de Destroy All Humans!, qui n'occupera pas les joueurs doués plus de 7-8 heures en ligne droite (spoiler : le dernier boss n'est pas une mince affaire). Il y a de fortes chances que la nostalgie fonctionnera sur celles et ceux qui avaient terminé le jeu à l'époque de sa sortie, grâce au soin accordé par Black Forest Games pour ne rien dénaturer. Tant pis si c'est trop old-school.