Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Salto ne sera pas disponible sur les box internet : « l'alternative française » à Netflix peut-elle réussir ?

Salto, la plateforme de SVOD française censée sortir en 2020, ne sera pas accessible sur les box des fournisseurs d'accès à internet. Une barrière en plus à sa popularité ?

C'est une précision glissée rapidement au cours d'un discours, mais qui a pourtant une grande importance. Salto, la plateforme française de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) portée par France Télévisions, TF1 et M6, ne sera pas disponible sur les box internet à son lancement, a affirmé Nicolas de Tavernost, le patron de M6, le 5 septembre 2019 au cours d'une allocution aux Rencontres de l'UDECAM.

Numerama a confirmé l'information auprès de M6.

«  Salto sera en OTT, en tout cas dans un premier temps. Salto sera accessible directement aux consommateurs, sans passer par les box », a-t-il affirmé. « Cela a valu que l'Autorité de la concurrence soit alertée par les télécoms pour regarder ce projet de manière très précise », a-t-il poursuivi, mentionnant les diverses interrogations soulevées par certains opérateurs comme Free auprès de l'organisation française.

L'accès direct aux consommateurs, mais lesquels ?

« Ce projet est très stratégique : nous voulons avoir un accès direct aux consommateurs », a insisté le patron de M6. OTT signifie over-the-top service en anglais : c'est une manière de proposer des contenus sans passer par le canal d'abonnement des fournisseurs traditionnels (internet, câble ou satellite) comme Free, Orange ou SFR.

« Je rappelle que tous les téléviseurs vendus sont connectables (par Wi-Fi à l'Internet) aujourd'hui », a tenté de rassurer Nicolas de Tavernost. Mais le sujet prête tout de même à interrogations. Officiellement, Salto sera donc accessible à tous les consommateurs français (à partir du premier trimestre 2020 selon TF1) s'ils passent par Internet.

Mais dans les faits, ne pas être présent sur les box internet est une vraie barrière pour toucher de potentiels spectateurs et spectatrices. Un grand nombre d'utilisateurs restent très attachés à leur box, et ne maitrisent pas aussi bien les outils du web que la nouvelle génération. Ce n'est pas exactement pareil, mais pour avoir une ordre de grandeur, on peut rappeler qu'une chaîne (linéraire, qui diffuse en continu en direct) comme BFMTV agrège 60 % de ses spectateurs par les box, comme l'a affirmé son nouveau directeur général Marc-Olivier Fogiel.

Salto, qui aspire à la fois à être une plateforme de flux (en tout cas, c'est ce qui a encore été dit récemment), de replay et de vidéo à la demande par abonnement, a besoin de toucher les gens là où ils sont. Or les Français sont attachés à ces services de box — Netflix, par exemple, est très regardé sur les téléviseurs via les box des opérateurs. S'ils ne peuvent pas accéder facilement au futur service français, il est difficile de voir l'OTT-only comme autre chose qu'une contrainte à son développement.

Cette nouvelle s'ajoute aux nombreuses contraintes que France Télévisions, TF1 et M6 ont déjà dû accepter pour convenir à l'Autorité de la concurrence, et qui obligera Salto à plusieurs concessions (en plus de certaines décisions curieuses) qui rendent son potentiel succès plus qu'incertain.

Pour les trois groupes à l'origine de Salto, évidemment, il s'agit toutefois d'un gain en autonomie, et une indépendance vis-à-vis des télécoms, pas toujours très arrangeants. Dans son communiqué du 12 août, le CSA disait ainsi que l'OTT serait bénéfique pour Salto, car « la valeur créée par l’offre (données, audience, recettes publicitaires, abonnements) devrait s’en trouver moins diluée alors même que les intermédiaires se multiplient et occupent une place centrale dans l’accès aux contenus. »

Nicolas de Tavernost a rappelé que ce sont les équipes de M6 qui ont remporté l'appel d'offre concernant la création, mise en place et gestion de la plateforme en ligne Salto.