Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Quels sont les meilleurs romans de SF féministes ? 7 autrices livrent leurs choix

La science-fiction est en avance sur son temps, y compris concernant des thèmes sociopolitiques. Sept autrices reconnues dans ce genre nous citent les romans de SF féministe qui les inspirent le plus.

La thématique féministe est très présente en littérature de science-fiction. Pour en faire ressortir les plus grands chefs d’œuvre, Numerama a sollicité sept écrivaines francophones, elles-mêmes autrices dans le domaine de la SF et donc bien placées pour parler de leurs inspirations.

L'ouvrage qui est le plus revenu dans les choix est la La Main gauche de la nuit. Il faut dire que cette œuvre d'Ursula K. Le Guin est considérée comme une pièce maitresse de la SF dans son ensemble, en plus d'avoir une portée féministe puissante et avant-gardiste.

Pourquoi le roman d'Ursula Le Guin est culte

Publié en 1969, ce roman imagine Gethen, une planète où les différences de genre n'existent pas, car les humains y sont androgynes, asexués. Ils peuvent adopter les caractéristiques d'un sexe biologique ou l'autre selon les circonstances, pour la reproduction. Quand un responsable diplomatique de la Terre débarque sur cette planète, il va être quelque peu dépaysé et lui-même surprendre les gétheniens.

Pour l'écrivaine québecoise Élisabeth Vonarburg, ce roman a « inspiré au moins trois générations d’écrivaines (et quelques écrivains) et continue d’en inspirer d’autres ». En matière d'inspiration, Li Cam confirme en effet que ce roman lui a « ouvert de formidables horizons ». Durant sa jeunesse, elle éprouvait de la culpabilité à ne pas se sentir « pleinement femme », mais dorénavant ce n'est plus le cas.

Tout ce que nous attachons au sexe biologique, mais qui n'est finalement que social (qualités, interdits...) lui est « apparu clairement » en lisant La Main gauche de la nuit. Ce roman met l'accent sur « tous ces codes, toutes ces lois qui attribuent aux individus un genre, en plus d’un sexe, et qui réduisent leur potentiel, leur liberté, les amputent d’une part de leur humanité ».

C'est en raison de cette déconstruction que Sylvie Denis recommande elle aussi l'ouvrage d'Ursula Le Guin. « Tout en explorant plusieurs sociétés, l'autrice invite à reconsidérer les préjugés sur les rôles genrés que la société nous impose », explique l'écrivaine à Numerama.

Les choix de Sara Doke

Sara Doke est traductrice dans les domaines de la fantasy et de la SF. On lui doit aussi le roman Techno Faerie, où des fées s'intègrent à la société technologique. Plus récemment, avec L'autre moitié du ciel, elle cherche à réhabiliter un matrimoine de l'imaginaire.

Les choix de Sylvie Lainé

Sylvie Lainé est une novelliste française de science-fiction. Parmi ses recueils notoires, on peut citer Fidèle à ton pas balancé et L'Opéra de Shaya. Elle a également participé à l'ouvrage collectif Lettres à Alan Turing.

Les choix d'Élisabeth Vonarburg

L'écrivaine québecoise Élisabeth Vonarburg est elle-même à l'origine d'un roman de référence en matière de science-fiction féministe, Chroniques du Pays des Mères, publié en 1992. Récemment, en 2019, elle a reçu le Prix extraordinaire des Utopiales pour l'ensemble de son œuvre

Les choix de Catherine Dufour

On doit à Catherine Dufour la référence de SF française qu'est Le goût de l'immortalité, une dystopie cyberpunk originale où la manipulation génétique côtoie le vaudou. Mais elle explore tous les styles littéraires, jusqu'au Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses.

Les choix de Jeanne-A Debats

Jeanne-A Debats a notamment publié La vieille anglaise et le Continent, une novella de SF à la dimension écologique. Elle a aussi fait des excursions dans le fantastique avec, par exemple, Humain.e.s trop humain.e.s. Le féminisme est très présent dans sa démarche.

Les choix de Sylvie Denis

Sylvie Denis aime explorer les relations qu'entretient l'humanité avec les technosciences, comment ces dernières modèlent la société. Elle s'illustre sur ce thème dans son diptyque La saison des singes.

Les choix de Li Cam

Parmi les romans de Li Cam, il faut citer Cyberland. Le scénario se déroule en plein cœur du cyberespace, qui sert de cadre à une réflexion profonde et quasi autobiographique sur des thèmes comme l'identité de genre, la quête de soi, la sexualité, la liberté et l'intelligence artificielle.