La science-fiction est en avance sur son temps, y compris concernant des thèmes sociopolitiques. Sept autrices reconnues dans ce genre nous citent les romans de SF féministe qui les inspirent le plus.

La thématique féministe est très présente en littérature de science-fiction. Pour en faire ressortir les plus grands chefs d’œuvre, Numerama a sollicité sept écrivaines francophones, elles-mêmes autrices dans le domaine de la SF et donc bien placées pour parler de leurs inspirations.

L’ouvrage qui est le plus revenu dans les choix est la La Main gauche de la nuit. Il faut dire que cette œuvre d’Ursula K. Le Guin est considérée comme une pièce maitresse de la SF dans son ensemble, en plus d’avoir une portée féministe puissante et avant-gardiste.

Pourquoi le roman d’Ursula Le Guin est culte

Publié en 1969, ce roman imagine Gethen, une planète où les différences de genre n’existent pas, car les humains y sont androgynes, asexués. Ils peuvent adopter les caractéristiques d’un sexe biologique ou l’autre selon les circonstances, pour la reproduction. Quand un responsable diplomatique de la Terre débarque sur cette planète, il va être quelque peu dépaysé et lui-même surprendre les gétheniens.

Ursula K. Le Guin est l’une des plus grandes autrices de science-fiction de l’histoire. Ses oeuvres ont une forte portée féministe et, plus largement, politique. // Source : Flickr/CC/Marian Wood Kolisch

Pour l’écrivaine québecoise Élisabeth Vonarburg, ce roman a « inspiré au moins trois générations d’écrivaines (et quelques écrivains) et continue d’en inspirer d’autres ». En matière d’inspiration, Li Cam confirme en effet que ce roman lui a « ouvert de formidables horizons ». Durant sa jeunesse, elle éprouvait de la culpabilité à ne pas se sentir «  pleinement femme », mais dorénavant ce n’est plus le cas.

Tout ce que nous attachons au sexe biologique, mais qui n’est finalement que social (qualités, interdits…) lui est « apparu clairement » en lisant La Main gauche de la nuit. Ce roman met l’accent sur « tous ces codes, toutes ces lois qui attribuent aux individus un genre, en plus d’un sexe, et qui réduisent leur potentiel, leur liberté, les amputent d’une part de leur humanité ».

C’est en raison de cette déconstruction que Sylvie Denis recommande elle aussi l’ouvrage d’Ursula Le Guin. « Tout en explorant plusieurs sociétés, l’autrice invite à reconsidérer les préjugés sur les rôles genrés que la société nous impose », explique l’écrivaine à Numerama.

Les choix de Sara Doke

Sara Doke est traductrice dans les domaines de la fantasy et de la SF. On lui doit aussi le roman Techno Faerie, où des fées s’intègrent à la société technologique. Plus récemment, avec L’autre moitié du ciel, elle cherche à réhabiliter un matrimoine de l’imaginaire.

L’Atalante
  • La justice de l’Ancillaire (trilogie de Radch), Ann Leckie. En plus d’être un « immense space opera », cette série de romans est écrite « entièrement au féminin, ce qui change de tous ces bouquins avec uniquement des hommes ». Sara Doke le choisit car « cela fait réfléchir, on ne connaît jamais le genre des personnages ».
  • L’espace d’un an (et ses deux suites), Becky Chambers. Ce space opera est axé sur le quotidien d’un vaisseau spatial caractérisé par une immense diversité à son bord, tant parmi les êtres humains que les aliens. Cette œuvre de Becky Chambers est marquante « parce que c’est aussi puissant que doux, parce que c’est l’identité et la recherche de soi, parce que c’est vivre ensemble dans la différence, parce que c’est la mémoire de ce qu’il y a de beau et d’important dans notre histoire ».
  • Joëlle Wintrebert. Pour Sara Doke, il est clair que sans cette romancière française, «  il y aurait peu d’autrices de SF en France ». Joëlle Wintrebert a en effet écrit de nombreux ouvrages depuis 1980, comme Les olympiades truquées ou Le créateur chimérique. Mais Sara Doke évoque aussi Les Amazones de Bohême, roman « historique et fantasmatique », qui met en scène « des femmes fortes et puissantes avec leurs fragilités ».

Les choix de Sylvie Lainé

Sylvie Lainé est une novelliste française de science-fiction. Parmi ses recueils notoires, on peut citer Fidèle à ton pas balancé et L’Opéra de Shaya. Elle a également participé à l’ouvrage collectif Lettres à Alan Turing.

Nouveaux Millénaires
  • Provenance, Ann Leckie. L’autrice traite, avec tendresse et légèreté, de questions essentielles comme « les règles sociales, l’assignation du genre, les codes familiaux ou culturels, leurs conséquences sur l’intime ». Sylvie Lainé décrit la plume d’Ann Leckie comme étant « subtile, touchante et drôle », ses femmes sont « merveilleuses, mais est-ce que ce sont des femmes ? C’est quoi, être une femme ? ».
  • Ta-Shima, Adriana Lorusso. « Choc des cultures, relations complexes entre dominants et dominés, immersion dépaysante », Adriana Lorusso pulvérise les stéréotypes concernant le « rapport à l’art, le passage à l’âge adulte, la place des femmes… dans un univers un peu foutraque et d’une réelle épaisseur ».
  • Le club des petites filles mortes, de Gudule. « Que va-t-il naître de l’enfance de ces petites souillées et brutalisées ? Une innocence cabossée, de l’humour aussi parfois, de la justesse toujours, dans des univers qui ressemblent aux nôtres, avec ce qu’il faut comme décalage pour que l’horreur nous explose à la figure. » Pour Sylvie Lainé, ce roman est « fascinant ».

Les choix d’Élisabeth Vonarburg

L’écrivaine québecoise Élisabeth Vonarburg est elle-même à l’origine d’un roman de référence en matière de science-fiction féministe, Chroniques du Pays des Mères, publié en 1992. Récemment, en 2019, elle a reçu le Prix extraordinaire des Utopiales pour l’ensemble de son œuvre

  • La Parabole du Semeur, Octavia Butler. L’autrice est « l’une des premières écrivaines noires de SF aux États-Unis, sinon la première ». Publié en 1993, ce roman se situe en 2024, dans une Californie où toutes les violences sont poussées à l’extrême. Octavia Butler y traite non seulement de féminisme mais aussi de discriminations raciales.
  • La Main gauche de la nuit, Ursula Le Guin.
  • Terre des Autres, Sylvie Bérard.

Les choix de Catherine Dufour

On doit à Catherine Dufour la référence de SF française qu’est Le goût de l’immortalité, une dystopie cyberpunk originale où la manipulation génétique côtoie le vaudou. Mais elle explore tous les styles littéraires, jusqu’au Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses.

Au Diable Vauvert
  • La Parabole du Semeur, Octavia Butler. «  Parce que c’est un message d’espoir et un hymne à la résistance à la grande danse de mort machiste du monde, pour reprendre une belle expression de Florence Aubenas ».
  • Jirel de Joiry, Catherine L. Moore. Le personnage principal de ce roman est une guerrière prête à affronter tous les périls pour gagner sa liberté. Catherine Dufour explique à Numerama que « c’est la première héroïne forte que j’ai croisée ».
  • La Cinquième saison, N.K. Jemisin. Ce troisième choix de Catherine Dufour est pour «  l’ampleur de la vision » de l’autrice à travers cette saga post-apocalyptique acclamée. Dans ce roman, les femmes y ont des personnalités particulièrement marquantes et complexes, des background douloureux et des pouvoirs spéciaux.

Les choix de Jeanne-A Debats

Jeanne-A Debats a notamment publié La vieille anglaise et le Continent, une novella de SF à la dimension écologique. Elle a aussi fait des excursions dans le fantastique avec, par exemple, Humain.e.s trop humain.e.s. Le féminisme est très présent dans sa démarche.

  • Jirel de Joiry, Catherine L. Moore. Avant-tout, Jeanne-A Debats met en garde sur le fait que « ce n’est pas en soi féministe, il y a pas mal de poncifs ‘romantiques’ flirtant avec la culture du viol de l’époque  ». Ceci dit, comme Catherine Dufour, ce fut sa première « héroïne badass, armée et visant ses propres buts avec une détermination sans failles, servie par une belle écriture ».
  • Ne mords pas le soleil, Tanith  Lee. Voici de la « pure SF flamboyante, foisonnante ». L’autrice du roman « a débroussaillé pour moi — et définitivement — toutes les thématiques liées au genre, dans une histoire où les protagonistes n’ont qu’à le vouloir pour changer de sexe ou ne pas en avoir du tout ».
  • Cyteen, Carolyn J. Cherryh. On y fait la rencontre de « femmes fortes, déterminées dans des mondes qui ne s’étonnent pas de les voir comme telles. Et dans Cyteen, on trouve un cours sur la façon d’aborder sa sexualité sans mépris ni surestimation de son importance ».

Les choix de Sylvie Denis

Livre de Poche

Sylvie Denis aime explorer les relations qu’entretient l’humanité avec les technosciences, comment ces dernières modèlent la société. Elle s’illustre sur ce thème dans son diptyque La saison des singes.

  • Chroniques du Pays des Mères, Élisabeth Vonarburg. Dans ce monde, il ne naît presque plus d’hommes, alors les femmes organisent elles-mêmes la société en fonction des besoins reproductifs. « Et tout est écrit au féminin, si bien qu’à la fin, on se demande comment on a pu hésiter à féminiser tel ou tel terme. Le pouvoir de la langue et de la mémoire ».
  • L’Animal, Sylvie Lainé. « Celui qui parle pense que le monde lui appartient. Il une opinion sur toutes les créatures : sont-elles utiles ou pas ? Une femme l’écoute, parler et parler encore, et révéler peu à peu l’étendue de son abjection. »
  • La Main gauche de la nuit, Ursula Le Guin.

Les choix de Li Cam

Parmi les romans de Li Cam, il faut citer Cyberland. Le scénario se déroule en plein cœur du cyberespace, qui sert de cadre à une réflexion profonde et quasi autobiographique sur des thèmes comme l’identité de genre, la quête de soi, la sexualité, la liberté et l’intelligence artificielle.

  • Manifeste du Cyborg, Donna Haraway. Cet essai inspiré par la littérature de science-fiction « m’a servi de point de départ pour mes écrits autour de l’Intelligence artificielle ». Le narrateur du roman de Li Cam, Cyberland, est en effet « une I.A, de genre neutre, iel a l’impression qu’il lui manque quelque chose d’important pour comprendre ses créateurs, mais à terme, la dimension de la chair ne lui apporte pas les réponses qu’iel attendait ».
  • La Main gauche de la nuit, Ursula Le Guin.

Partager sur les réseaux sociaux